Verchères 350

La forte hausse des prix se maintient en périphérie alors que ceux-ci tendent à se stabiliser sur l’île de Montréal

Communiqué
La forte hausse des prix se maintient en périphérie alors que ceux-ci tendent à se stabiliser sur l’île de Montréal
Fenêtre sur le marché immobilier de la RMR de Montréal : La forte hausse des prix se maintient en périphérie alors que ceux-ci tendent à se stabiliser sur l’île de Montréal

L’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ) dévoile ses données pour le mois de décembre. Les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal sont établies d’après la base de données provinciale Centris des courtiers immobiliers.

« L’activité transactionnelle a été soutenue durant le mois de décembre, bien qu’on note un recul de 19 % des transactions par rapport à l’an dernier à la même période. Ce repli est cohérent avec une baisse marquée des nouvelles inscriptions, et ce, toujours de façon plus importante en décembre », remarque Charles Brant, directeur du Service de l’analyse du marché. « Les acheteurs tentent de profiter de taux hypothécaires à des niveaux encore très bas avant leur remontée annoncée pour 2022. Ainsi, le déséquilibre toujours marqué du marché à la faveur des vendeurs continue de se manifester par une hausse sensible des prix en périphérie de l’île de Montréal, toutes catégories de propriétés confondues. Sur l’île toutefois, le niveau des prix des unifamiliales tend à plafonner depuis quelques mois, notamment dans les secteurs où les prix médians atteignent des niveaux inabordables pour une grande proportion des acheteurs potentiels, favorisant toujours les secteurs périphériques », souligne-t-il.

Faits saillants du mois de décembre

Avec une baisse de seulement 2 % des ventes au cumulatif depuis le début de l’année, le marché immobilier a été particulièrement actif dans la RMR de Montréal en 2021. Notons également que cette activité fait suite à une année 2020 historique et s’est produite malgré un niveau d’inscriptions parmi les plus bas jamais enregistré dans la région.
Plus spécifiquement, malgré un repli de 19 % des ventes en décembre celui-ci se classe néanmoins au deuxième rang historique du mois de décembre le plus actif jamais enregistré, avec 3 675 ventes.
Le repli le moins significatif a été enregistré à Vaudreuil-Soulanges (-7 %) alors que l’Île de Montréal (-14 %), la Rive-Sud (-18 %) et Saint-Jean-sur-Richelieu (-18 %) ont connu un repli plus important. Les plus forts replis ont quant à eux été observés sur la Rive-Nord (-26 %) et à Laval (-27 %).
Les unifamiliales et les immeubles à revenus ont connu la plus importante baisse des ventes, respectivement -26 % et -18 %, suivis par les copropriétés (-10 %).
Les inscriptions en vigueur pour la copropriété (-29 %) et les unifamiliales (-26 %) ont continué d’enregistrer parallèlement de fortes baisses, pour cette période, contrastant avec les plex (-6 %).
Avec des conditions de marchés toujours très fortement à l’avantage des vendeurs, les prix médians continuent de connaître des augmentations importantes par rapport à l’année dernière, à la même période, pour l’unifamiliale (+22 %). Elles se maintiennent à des niveaux élevés pour la copropriété (+17 %) et les petits immeubles à revenus (+14 %).

Partager cet article