Verchères 350

Dominic Lévesque : dans la marmite du bénévolat depuis 17 ans

Photo de Diane Lapointe
Par Diane Lapointe
Dominic Lévesque : dans la marmite du bénévolat depuis 17 ans
Le bénévolat fait partie de l’ADN de Dominic Lévesque nouvellement élu président des conseils d’administration du Centre d’action bénévole de Boucherville et de la Maison du bénévolat. (Photo : Diane Lapointe)

Portrait du nouveau président du CA du CABB et de la Maison du bénévolat
Plusieurs attendent la retraite pour faire du bénévolat, alors que d’autres n’hésitent pas à s’investir dans des causes qui leur tiennent à cœur durant leur vie « active ». Dominic Lévesque est de ceux-là. Le pdg d’une entreprise québécoise est tombé dans la marmite du bénévolat il y aura bientôt 18 ans. Depuis quelques mois, il est président des conseils d’administration du Centre d’action bénévole de Boucherville et de la Maison du bénévolat. Du temps, il en donne et du pain sur la planche, il y en a.
Tout a commencé en 2004 alors qu’il est écoutant et formateur en écoute active à Tel-Aide Montréal. De fil en aiguille, Dominic Lévesque se retrouve président du conseil d’administration de la Maison des jeunes de Boucherville (2004-2009); membre du CA de Samajam; de Développement économique de Longueuil (DEL); président d’honneur de la campagne de financement de la Maison d’hébergement Casa en 2017; bénévole pour les Opérations Paniers de Noël chez Moisson Montréal de 2018 à 2020; et bénévole corporatif en 2020 pour le souper de Pâques pour itinérants de Lauberivière, un refuge pour les sans-abri.
Puis en 2009, la politique l’attire. Il est élu conseiller municipal à Boucherville, poste qu’il occupe de 2009 à 2017. C’est le grand argentier. Durant ses deux mandats, il est coprésident de la Commission du budget et des finances de l’agglomération de Longueuil et président du groupe de travail finances et ressources humaines à la Ville.
Mais son engagement social demeure présent. Au sein du conseil municipal, il est porteur du dossier de la création de la Maison du bénévolat qui deviendra réalité quelques années après son départ de la politique active.
D’où vient cette passion pour le bénévolat? « J’ai toujours aimé ça. Le bénévolat me permet de vivre des expériences extraordinaires, de rencontrer des gens formidables et surtout, de faire du bien aux autres », résume-t-il.
Mais il faut aussi gagner son pain. Côté professionnel, Dominic Lévesque est président-directeur général chez Laliberté et associés. Avant la pandémie, il gérait une équipe de 400 employés et 50 cafétérias.
Il est rémunéré pour son travail, mais il trouve quand même le moyen de faire la promotion du bénévolat corporatif auprès des employés. « L’entreprise est axée sur la responsabilité sociale et j’encourage les employés à s’impliquer à Moisson Montréal, et aussi dans l’organisation de soupers pour les itinérants de la région de Québec », précise-t-il. « L’entreprise a aussi fait des ententes avec des coopératives au Costa Rica pour l’approvisionnement en café. Nous avons notamment tissé des liens avec une coopérative qui s’occupe d’un village. »
M. Lévesque est aussi chargé de cours à l’École de gestion et au Centre Laurent Beaudoin de l’Université de Sherbrooke. De plus, le mois dernier, il a obtenu son diplôme de 3e cycle en administration.

Partager cet article