Verchères 350

Une jeune élève de l’école De Mortagne sauvée de la noyade

Photo de Diane Lapointe
Par Diane Lapointe
Une jeune élève de l’école De Mortagne sauvée de la noyade
La jeune Bouchervilloise Mégane Germain et son sauveteur François Laval

Une jeune élève de l’école secondaire De Mortagne a été sauvée de la noyade par François Laval, un surveillant de cet établissement.
Le 8 décembre dernier, Mégane Germain âgée de 12 ans est tombée dans le lac artificiel Vincent-d’Indy situé à l’arrière du centre multifonctionnel Francine-Gadbois lorsque la glace a cédé sous son poids. François Laval et son collègue étaient sur les lieux dans le but d’enquêter sur d’autres élèves. Lorsqu’il a vu des jeunes courir sur la glace, il leur a aussitôt demandé de quitter les lieux. C’est à ce moment qu’il a constaté qu’une élève était dans l’eau.
« Elle était un peu paniquée. Je lui ai demandé de se calmer et de rester en flottaison pour éviter qu’elle se fatigue. j’ai pensé utiliser mon écharpe pour la sauver. Je me suis allongé sur la glace et j’ai rampé vers elle. Le père d’un autre élève de l’école, Éric Martin, qui se promenait au parc est venu me prêter main forte en me tenant la jambe.»
M. Laval a mouillé son foulard pour lui donner du poids et Mégane a réussi à le saisir. Elle souffrait d’hypothermie lorsqu’elle a été extirpée des eaux. Quand les policiers sont arrivés, ils ont fait monter la jeune fille à bord de leur véhicule afin qu’elle se réchauffe en attendant les ambulanciers. Mégane a passé une journée à l’hôpital. Elle avait de l’eau dans les poumons. Elle va maintenant bien, mais elle a eu la frousse de sa vie.
La directrice de l’école, Geneviève Richard, lance un appel à la vigilance. « Il y avait 12 élèves de l’école qui étaient sur la glace à ce moment. Ce sont eux qui ont fait appel au 911 et fait signe aux surveillants. Mais selon des témoignages, il semble que des jeunes s’aventurent régulièrement à cet endroit. Nous avons envoyé un message à tous les parents et je rappelle à tous que la glace n’est pas solide et que ce n’est pas le temps d’aller-là. Il faut s’assurer que le lac soit bien balisé avant de marcher sur la glace. »
Enfin, contacté la semaine dernière par le journal, le Service de police de l’agglomération de Longueuil n’a curieusement rapporté aucun sauvetage.

Partager cet article