Les mots-croisés de La Relève

Charles Hamelin remporte la médaille d’or au relais 5 000 m au Japon

Photo de Daniel Bastin
Par Daniel Bastin
Charles Hamelin remporte la médaille d’or au relais 5 000 m au Japon
Le quatuor composé de Pascal Dion, Steven Dubois, Charles Hamelin (2e à gauche) et Jordan Pierre-Gilles se sont imposés au relais 5 000 mètres dans une course particulièrement relevée. (Photo : ISU)

Charles Hamelin entame sa 19e saison avec l’équipe nationale en patinage de vitesse sur courte piste. Malgré que le vétéran affiche 37 ans au compteur, il trouve encore le moyen de remporter des médailles contre les meilleurs au monde, ce qui est de bon augure à quelques mois des Jeux olympiques d’hiver de Pékin.
La médaille d’or au relais 5 000 m masculin a été récoltée lors de la deuxième tranche de la Coupe du monde de la saison disputée à Nagoya, au Japon. Il est à noter que la première épreuve était tenue pour sa part à Pékin, où les athlètes canadiens ont pu se familiariser avec les installations sportives.
Charles Hamelin ne pourra peut-être plus être à l’image de celui que l’on surnommait « La locomotive de Sainte-Julie », mais son expérience dans ce sport vaut… de l’or!
« C’est la plus jeune équipe avec qui je vais participer aux Jeux olympiques », a-t-il déclaré à l’agence Sportcom. « Notre noyau de patineur était le même depuis Vancouver. Il y avait quelques patineurs qui changeaient, mais il vieillissait. Il y a vraiment un changement de garde et moi je suis resté là. C’est le fun à voir. Au Canada, même s’il y a beaucoup de retraites, il y a quand même des jeunes qui sont prêts à prendre la relève des vétérans. »
Le 31 octobre, le quatuor composé de Pascal Dion, Steven Dubois, Charles Hamelin et Jordan Pierre-Gilles se sont imposés au relais 5 000 mètres dans une course particulièrement relevée. Steven Dubois était le dernier relayeur de l’équipe canadienne et il a démontré beaucoup d’intensité en fin de course.
Alors qu’il était provisoirement deuxième derrière un adversaire chinois et qu’un patineur Hongrois le talonnait, le Québécois a réussi à dépasser son opposant par l’extérieur dans le dernier virage et lui arracher la victoire par seulement 13 millièmes de seconde.
« Dans l’échange d’avant, j’avais vu que le Chinois perdait pied, signe qu’il n’était pas totalement en contrôle », a expliqué Steven Dubois. « Moi, j’avais les jambes que je voulais et j’ai attendu qu’il ralentisse un peu. J’ai vu l’espace à l’extérieur et j’y suis allé. Ç’a été la pire glace depuis des années, mais aussi la fois où tout le monde (de l’équipe) a été le plus solide. On y allait pour gagner! »
Il est à noter que la prochaine étape de la Coupe du monde aura lieu du 18 au 21 novembre à Debrecen, en Hongrie.




Partager cet article