Les mots-croisés de La Relève

Les inscriptions et les ventes de propriétés en chute de 30 % et plus à Boucherville, en août

Photo de François Laramée. De l’Initiative de journalisme local
Par François Laramée. De l’Initiative de journalisme local
Les inscriptions et les ventes de propriétés en chute de 30 % et plus à Boucherville, en août

La fameuse surchauffe qui a littéralement enflammé le marché immobilier depuis plus d’un an ne semble pas s’essouffler parce que le marché en est toujours un de vendeurs. Sur l’ensemble de la Rive-Sud et même à Boucherville, le nombre d’inscriptions, nouvelles ou existantes, est en baisse, ce qui explique les prix de vente toujours en hausse.
En effet, le nombre de propriétés vendues a chuté de 37 % en août, en comparaison avec le même mois de 2020, ce qui explique le maintien de la tendance à la hausse du prix des rares maisons à vendre. Par exemple, la semaine dernière, seulement 45 propriétés étaient en vente à Boucherville sur la plateforme Centris qui regroupe la plupart des courtiers immobiliers. Un seul bungalow était affiché sous la barre du 400 000 $.
Une tendance
En août 2021, 54 ventes de maisons ont été réalisées dans les villes de Boucherville et de Saint-Bruno, selon les données combinées, comparativement à 86 pour le même mois de 2020. Une chute de 37 %.
Les inscriptions en vigueur, en août étaient au nombre de 95 par rapport à 135 en 2020, une baisse de 30 %. Les nouvelles inscriptions ont aussi chuté, passant de 98 à 74 en 2021, soit une baisse de 24 %.
En termes de volume de vente, celui-ci est passé de 49,7 millions $ en 2020 à 35, 2 millions $ en 2020, encore là une chute de 29 %.
Le phénomène n’est pas que local, car les chiffres pour l’ensemble de la Rive-Sud le confirment alors qu’en août dernier, 714 ventes de propriétés ont été enregistrées comparativement à 1076 en août 2020, une baisse de 34 %. À la fin du mois d’août 2020, on comptait 1582 inscriptions contre 2050 en 2020, une baisse de 23 %.
« Le mois d’août s’inscrit dans une tendance baissière des ventes qui s’explique par plusieurs facteurs combinés, tels qu’une saison estivale plus proche de la normale en matière d’activité et un inventaire de propriétés à vendre qui atteint des seuils historiquement bas pour cette période de l’année. Aussi, depuis le début de l’année, la hausse de l’activité n’est plus que de 11 % par rapport à l’an dernier », remarque Charles Brant, directeur du Service de l’analyse du marché pour l’Association des courtiers immobiliers du Québec.
Faits saillants du mois d’août
Au total, 3 372 transactions ont été enregistrées par l’intermédiaire du système Centris des courtiers immobiliers en août, soit un repli de 30 % par rapport au mois d’août, record de 2020, renforçant la tendance baissière de l’activité transactionnelle qui se manifeste depuis le début du printemps. Au cumul des huit premiers mois de l’année, le nombre de ventes n’atteint plus qu’un niveau de 11 % supérieur à celui de l’année dernière, avec 38 520 transactions, alors qu’il était de 17 % en juillet dernier.
Tous les secteurs périphériques de l’île de Montréal ont vu leur nombre de transactions fléchir, causé par un ralentissement dans la catégorie unifamiliale: Vaudreuil-Soulanges (155 ventes; -43 %), la Rive-Sud (714 ventes; -34 %), la Rive-Nord (727 ventes; -34 %), Laval (365 ventes; -27 %) et Saint-Jean-sur-Richelieu (103 ventes; -13 %).
À l’échelle de la région métropolitaine, chacune des trois principales catégories de propriétés a enregistré un recul de leur activité transactionnelle par rapport à août 2020. Les ventes de propriétés unifamiliales ont connu un repli de 37 % (1 637 transactions), tandis que la copropriété a affiché une diminution de 28 %, avec 1 344 ventes. Les petits immeubles à revenus ont été affectés plus moindrement par le ralentissement observé en août, affichant un recul de 4 % pour atteindre 390 transactions.
Les prix médians ont cependant continué de progresser fortement en août, atteignant 500 000 $ pour les maisons unifamiliales (+17 %), 375 000 $ (+20 %) pour les copropriétés et 679 750 $ (+13 %) pour les plex. Au cumul de l’année, la moitié des unifamiliales ont été vendues plus de 485 000 $, soit un prix supérieur de 26 % à la même période en 2020. En ce qui a trait aux copropriétés et aux petits immeubles à revenus, leurs prix médians se sont élevés respectivement de 20 % et de 13 %, pour atteindre 354 000 $ et 676 000 $ entre janvier et août.



Partager cet article