Les mots-croisés de La Relève

Stéphane Bergeron l’emporte dans Montarville avec une majorité de près de 6 000 voix

Photo de Daniel Bastin
Par Daniel Bastin
Stéphane Bergeron l’emporte dans Montarville avec une majorité de près de 6 000 voix
« La population souhaite qu’on reprenne exactement là où on a dû interrompre les choses en raison du déclenchement de ce scrutin parfaitement inutile. » (Photo : Courtoisie)

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a perdu son pari de plus de 600 millions de dollars de diriger un gouvernement majoritaire, mais le député bloquiste Stéphane Bergeron, lui, a remporté son pari, soit d’être élu avec une majorité plus élevée qu’à l’élection de 2019.
Il a fallu attendre jusqu’à tard en soirée pour connaître les résultats de ce scrutin dans la circonscription de Montarville, mais ce n’était pas tant en raison d’une lutte serrée que d’un manque de travailleurs d’élections, ce qui a ralenti le dépouillement des votes.
Au final, Stéphane Bergeron du Bloc québécois l’a emporté avec 45,4 % des voix (25 232 votes), devant la libérale Marie-Ève Pelchat avec 34,6 % (19 242), la conservatrice Julie Sauvageau avec 9,5 % (5 280), la néo-démocrate Djaouida Sellah avec 8,4 % (4 668) et la candidate du Parti populaire du Canada, Natasha Hynes, avec 2,2 % des suffrages, soit 1 212 votes.
« Je remercie mes concitoyennes et concitoyens de leur appui, qui fut encore plus important qu’en 2019, ce que j’interprète comme un entérinement du travail alors amorcé et une invitation à le poursuivre », a fait savoir le député réélu dans la circonscription.
« En 2019, la population de Montarville m’a confié le mandat de mener à terme un certain nombre d’engagements, mais ce mandat a inopinément été interrompu par le déclenchement d’élections précipitées dont personne ne voulait, sinon le premier ministre, qui, malgré la pandémie, était obstinément à la recherche d’une majorité parlementaire. La réponse fut sans équivoque; la population souhaite qu’on reprenne exactement là où on a dû interrompre les choses en raison du déclenchement de ce scrutin parfaitement inutile », a ajouté l’homme de 56 ans qui en est à sa onzième victoire en douze élections.
Plus de bloquistes qu’en 2019
Le député a même souligné qu’il a vu une « sanction populaire » dans le déclanchement impromptu des élections, car le parti dirigé par le chef Yves-François Blanchet a récolté 34 sièges au lendemain de l’élection, soit deux de plus qu’à la dissolution de la Chambre et un de plus que les libéraux fédéraux dans la province. En ce qui concerne la majorité de Stéphane Bergeron dans Montarville, elle est passée de quelque 4 500 voix en 2019 à près de 6 000 cette année, soit environ 1 500 votes de plus qu’à l’élection précédente.
Il a aussi remercié son équipe qui l’a aidé tout au long de ce périple et il a salué ses adversaires. « Je tiens aussi à remercier les candidates en lice; par leur participation, elles ont donné tout son sens à cet exercice démocratique. Certaines ont mené une campagne positive axée sur des idées et des engagements, plutôt que sur de stériles attaques personnelles, qui me semblent être une bien vieille façon de faire de la politique… Bravo et merci! »
« En terminant, je salue de nouveau mes concitoyennes et concitoyens, qui ont fait honneur à l’enviable réputation de Montarville en tant population politisée et participative. Le taux de votation fut de nouveau significativement plus élevé que la moyenne canadienne (NDLR : 58,7 % au Canada, soit le plus faible taux de participation en 154 ans, comparativement à 71,08 % dans la circonscription), ce qui témoigne de la vitalité de la démocratie dans notre coin de pays », a conclu Stéphane Bergeron.





Partager cet article