Les mots-croisés de La Relève

La CMM veut freiner l’étalement urbain

Photo de Diane Lapointe
Par Diane Lapointe
La CMM veut freiner l’étalement urbain
(Photo : Communauté métropolitaine de Montréal)

La Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) veut freiner l’étalement urbain et, pour ce faire, elle propose que des règles similaires à celles du territoire du Grand Montréal soient imposées dans les municipalités situées au pourtour de son territoire.
« Avec le Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD), la CMM a réussi à freiner l’étalement en moins de 10 ans en densifiant son territoire, en favorisant le transport collectif et en protégeant les milieux naturels et agricoles. Il faut maintenant établir un partenariat avec les municipalités du pourtour afin de mettre en place des règles similaires et de développer ainsi des milieux de vie durables. La collaboration du gouvernement du Québec est essentielle pour y parvenir », a déclaré la mairesse de Montréal et présidente de la CMM, Valérie Plante.
« L’étalement urbain périmétropolitain a pris de l’ampleur au cours des dernières années et la pandémie pourrait l’avoir amplifié. Les modifications apportées récemment aux schémas d’aménagement et de développement de certaines MRC périmétropolitaines, qui sont contraires au principe de consolidation des zones urbaines, semblent démontrer que les orientations gouvernementales en matière d’aménagement ne sont pas appliquées avec autant de rigueur dans ces MRC qu’elles le sont sur le territoire de la CMM », lit-on dans le mémoire que la CMM a transmis mardi dernier à la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation dans le cadre de l’actuelle consultation sur la Stratégie nationale d’urbanisme et d’aménagement des territoires.
Parmi les mesures proposées par la CMM, on compte notamment la mise en place dans les municipalités situées au pourtour de règles similaires à celles applicables dans le Grand Montréal, comme des seuils de densité obligatoires favorisant le transport actif et collectif dans le cadre d’ententes aménagement-transport qui s’inscrivent dans une approche collaborative.
La CMM demande également au gouvernement d’apporter des changements législatifs pour l’acquisition de terrains à des fins de protection de milieux naturels en calculant l’indemnité d’expropriation sur la base de la juste valeur marchande, et d’adopter des mesures visant la protection et la mise en valeur du territoire agricole afin d’atteindre une plus grande autonomie alimentaire. De plus, compte tenu du succès du programme de compensation aux municipalités rurales pour freiner l’empiètement en zone agricole, la CMM demande de reconduire l’entente pour une autre période de cinq ans.
« La stratégie devra en outre reconnaitre la contribution des plans d’aménagement et de développement des régions métropolitaines de Montréal et de Québec, qui permettent d’agir sur la qualité de vie d’un peu plus de 57 % de la population du Québec dans une perspective de développement durable. La CMM invite d’ailleurs le gouvernement du Québec à s’inspirer du PMAD, dont les objectifs et le monitoring régulier ont permis de réaliser un aménagement durable du Grand Montréal », lit-on dans le document de la CMM.



Partager cet article