Les mots-croisés de La Relève

Longueuil veut obtenir plus de pouvoirs pour acquérir de façon privilégiée des propriétés

Photo de François Laramée. De l’Initiative de journalisme local
Par François Laramée. De l’Initiative de journalisme local
Longueuil veut obtenir plus de pouvoirs pour acquérir de façon privilégiée des propriétés

La Ville de Longueuil demande à la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation de faire modifier la Charte de la Ville afin d’accorder à Longueuil le droit de préemption.
Ce droit procurerait à la Ville la priorité sur tout autre acheteur potentiel d’acquérir une propriété au prix du marché au moment de sa mise en vente. La Ville pourrait inscrire d’avance un droit de préemption sur des propriétés (terrains avec ou sans bâtiment) en vue d’y réaliser des projets au bénéfice de la communauté tels que des logements sociaux ou abordables, des parcs et des espaces verts, des bibliothèques et des centres sportifs.
« Le cadre législatif actuel fait en sorte que les acquisitions par voie d’expropriation peuvent atteindre des sommes faramineuses, ce qui ne permet pas à la Ville de se porter acquéreuse. Le droit de préemption est un moyen supplémentaire dont nous avons besoin pour contrer la pénurie de logements sociaux et abordables sur notre territoire », a déclaré la mairesse de Longueuil, Sylvie Parent.
Actuellement, la Ville de Montréal est la seule au Québec à bénéficier du droit de préemption. Pourtant, à plusieurs égards, la Ville de Longueuil doit aussi composer avec des défis et des contraintes semblables à ceux de Montréal pour l’acquisition d’immeubles.



Partager cet article