Les mots-croisés de La Relève

37 meurtres toujours non résolus depuis 50 ans

Photo de François Laramée. De l’Initiative de journalisme local
Par François Laramée. De l’Initiative de journalisme local
37 meurtres toujours non résolus depuis 50 ans

Les meurtres non résolus demeurent difficiles à vivre pour les familles touchées évidemment, mais aussi pour les corps de police.
Si la situation s’est grandement améliorée et surtout si le pourcentage de résolution des meurtres atteint maintenant presque 100 % depuis 15 ans, il n’en demeure pas moins que, depuis 1969, ce sont 37 meurtres qui n’ont toujours pas été élucidés à Longueuil. C’est aussi pourquoi deux enquêteurs d’expérience ont été choisis l’an dernier afin de travailler sur les dossiers d’homicides non résolus commis sur le territoire de l’agglomération au cours des dernières décennies.
De 1969 à 2005, 36 dossiers figurent sur la liste des cas d’homicides non résolus.
La nouvelle équipe mise sur pied par la direction du Service de police de l’agglomération de Longueuil analyse donc l’ensemble de ces dossiers dans le but de trouver des indices supplémentaires qui pourraient éventuellement mener à des arrestations et à des condamnations.
Avec l’avancée fulgurante des technologies et les améliorations constantes au niveau des analyses d’ADN, la direction du SPAL croit que cette équipe pourrait être en mesure d’identifier les responsables de ces meurtres et permettre aux familles des victimes d’obtenir enfin des réponses à leurs questions.
Depuis 2005, un seul assassinat sur les 49 commis sur le territoire, dont l’enquête a été confiée au SPAL, est toujours classé comme étant non résolu, soit celui de la jeune Jenique Dalcourt, assassinée sur la piste cyclable dans le Vieux-Longueuil le 21 octobre 2014. La police a bien identifié un suspect dans cette affaire, mais jamais les preuves recueillies n’ont pu permettre la mise en accusation de l’individu. À noter que 12 dossiers de meurtre commis entre 2005 et 2020 ont par ailleurs été transmis à la Sûreté du Québec, car les homicides seraient fort probablement liés au crime organisé.



Partager cet article