Les mots-croisés de La Relève

Ciel et Terre mandaté pour patrouiller dans le parc de la Frayère

Photo de Diane Lapointe
Par Diane Lapointe
Ciel et Terre mandaté pour patrouiller dans le parc de la Frayère
À l’aide de l’intervention de la patrouille, la Ville souhaite préserver une expérience nature paisible et, surtout, conserver l’intégrité écologique des lieux.

À la suite de plusieurs plaintes de citoyens concernant l’achalandage au parc de la Frayère, la Ville de Boucherville a mandaté l’organisme Ciel et Terre pour patrouiller dans le secteur durant la période estivale.
Le mandat de la patrouille formée de deux intervenants consiste à mettre en place des activités pour informer les usagers sur les attraits et la valeur écologique des lieux ainsi que sur l’importance de les protéger. Elle devra accompagner et surveiller les utilisateurs dans le parc de la Frayère et à l’arboretum Stephen-Langevin, et dissuader certains usagers qui ont des comportements inappropriés, tout en les sensibilisant à l’hygiène du milieu, indique la porte-parole de la Ville, Julie Lavigne. Le rôle de la patrouille n’est pas réglementaire
« Ce mandat survient à la suite de l’observation de comportements inappropriés de certains usagers au regard de la vocation des lieux (protection de la faune, activités récréoéducatives) et de leurs impacts sur les autres utilisateurs. En effet, la popularité du parc de la Frayère et des terrains adjacents (arboretum Stephen-Langevin, terres agricoles) ne cesse de croître depuis quelques années. D’ailleurs, ces lieux ont été très prisés par les promeneurs, les ornithologues et les photographes durant la dernière année de pandémie », lit-on dans un communiqué de presse diffusé par la Ville de Boucherville.
Afin de respecter les visiteurs ainsi que la faune qui utilise les milieux naturels comme lieu de repos, d’alimentation et de reproduction, la Ville y va de quelques rappels. Elle demande aux utilisateurs d’éviter d’emmener des animaux domestiques, car ils affectent les animaux sauvages du site. La Ville applique actuellement une politique de tolérance pour les chiens en laisse courte, mais à la condition que les maîtres ramassent les excréments de leur animal de compagnie. La Ville demande aux gens de circuler dans les sentiers aménagés, car la circulation hors sentier dégrade le milieu et nuit davantage à la faune. Elle conseille également de s’abstenir de nourrir ou de déranger les animaux (comme s’approcher des nids d’oiseaux ou de tortues); demande aux gens de ramasser leurs déchets, de ne pas faire de bruit inutile et d’éviter de prendre ou de modifier un élément naturel (par la pêche, la chasse ou la cueillette de fleurs, par exemple).
Mentionnons que plusieurs Bouchervillois ont fait remarquer il y a deux semaines sur le populaire site Facebook Les banlieusardises bouchervilloises le paysage désolant sur la rive du fleuve près du parc de la Saulaie. Avec le bas niveau d’eau, la berge est largement à découvert. Des citoyens s’y baladent, mais certains d’entre eux y laissent plusieurs déchets, tels que bouteilles, vitre brisée, sacs, papier, etc.

Partager cet article