Les mots-croisés de La Relève

Pour les 790 élèves de l’École de danse de Boucherville: danser devant un… écran, depuis un an !

Communiqué
Pour les 790 élèves de l’École de danse de Boucherville: danser devant un… écran, depuis un an !

Plus d’un an loin des studios, des barres et des heures de bonheur que seule sait créer la danse, lorsque vécue à plusieurs : voilà la réalité de l’École de danse de Boucherville depuis que ses cours se donnent à distance.
L’École, qui dénombrait 790 élèves au début de 2020, devait célébrer en mai – mois des spectacles annuels – son trentième anniversaire. En pleine orchestration d’une fin de semaine qui s’annonçait haute en couleur, la province a été mise sur pause. Sans tambour ni trompette, les derniers cours en chair et en os se sont déroulés le 12 mars 2020. Un petit mois plus tard, les enseignantes retrouvaient leurs élèves dans un contexte bien différent : un écran les séparait.
« J’avais toujours hâte à mes cours, même en ligne », affirme Rose Hammond. La jeune femme de 18 ans a renoué avec la danse en pleine pandémie après une pause d’une dizaine d’années. Ballet, contemporain, cours privés : celle qui pratique aussi le cheerleading n’a pas chômé, une fois décidée à replonger dans son ancien sport.
Même son de cloche chez la famille Lecours. Gabrielle, 8 ans, Camille, 11 ans et Florence, 15 ans, regroupent à elles trois rien de moins que 4 styles… et 7 cours! Bien qu’elles trépignent à l’idée de retrouver les studios, les trois sœurs ont assidûment suivi leurs classes en ligne et y ont même pris plaisir. « On a fait beaucoup d’improvisation, c’était nouveau, mais j’ai vraiment aimé. J’étais moins gênée que si ça avait été en vrai », note Florence. Les jeunes filles, souriantes et bien serrées les unes contre les autres pour discuter avec nous de cette dernière année singulière, n’hésitent pas un seul instant en ce qui concerne l’automne 2021. « On continue toutes, c’est sûr! », lance Camille.
Valérie Tanguay, directrice générale de l’École de Danse, en est, elle aussi débordante. Car si les sessions en ligne ont été un franc succès, la fin de cette année atypique l’a été encore plus. Pendant trois semaines, les cours ont pu avoir lieu sous le soleil, en respect des mesures sanitaires en vigueur. Un défi d’organisation qui en a entièrement valu la chandelle, aux yeux de Valérie. Une formule extérieure qui a également préparé les élèves de l’École à l’évènement de fin d’année : une captation vidéo professionnelle des chorégraphies apprises au fil des derniers mois, façon de boucler la boucle qui en a réjoui plus d’une.


Partager cet article