Les mots-croisés de La Relève

Rapport du BAPE pour le projet d’usine de liquéfaction de gaz fossile

Les brèves de La Relève
Rapport du BAPE pour le projet d’usine de liquéfaction de gaz fossile
Les groupes environnementaux, citoyens, communautaires, de la santé, étudiants et syndicaux réagissent positivement à la sortie du rapport du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) sur le projet d’usine de liquéfaction de gaz fossile à Saguenay. (Photo : GNL)

Les groupes environnementaux, citoyens, communautaires, de la santé, étudiants et syndicaux réagissent positivement à la sortie du rapport du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) sur le projet d’usine de liquéfaction de gaz fossile à Saguenay. Les groupes sont cependant inquiets quant aux propos du ministre Benoit Charette, qui laisse sous-entendre qu’il travaillera avec le promoteur d’ici sa prise de décision. Les groupes demandent au gouvernement Legault de suivre toutes les recommandations du BAPE et de refuser immédiatement et catégoriquement le projet. Pour les groupes, « le ministre Charette a maintenant toutes les informations et la documentation nécessaires pour refuser ce projet en s’appuyant sur un argumentaire solide et basé sur la science ». Ils tiennent à signaler que la décision gouvernementale autour de ce projet engagera directement la crédibilité du gouvernement Legault quant à sa réelle volonté d’agir contre les changements climatiques. Les groupes expliquent : « Le gouvernement ne pourra pas s’en sortir en ne se prononçant pas. Il doit clore le débat pour qu’on puisse tous et toutes travailler ensemble à mettre en œuvre la nécessaire relance verte et juste partout au Québec, incluant au Saguenay Lac-Saint-Jean ». Les groupes se disent inquiets de constater que le ministre Charette ne rejette pas immédiatement le projet et souhaite travailler avec GNL Québec. De plus, l’impact d’un report de la décision sur les communautés locales serait catastrophique et participerait à envenimer le climat social dans les régions. « Pendant que le gouvernement ne prend pas de décision, il n’étudie pas d’autres projets qui seraient beaucoup plus porteurs pour nos régions et les générations futures. Pensez aux secteurs de l’écotourisme, de l’aluminium vert, des services publics ou de l’économie du savoir. Le gouvernement doit commencer à travailler sur de vrais projets pour le futur, plutôt que de croire à des projets du passé. »

Partager cet article