Les mots-croisés de La Relève

Trois maires de l’agglomération dénoncent l’intimidation et le manque de respect de leurs fonctions

Photo de François Laramée. De l’Initiative de journalisme local
Par François Laramée. De l’Initiative de journalisme local
Trois maires de l’agglomération dénoncent l’intimidation et le manque de respect de leurs fonctions
La mairesse Sylvie Parent

La campagne de respect envers les élus lancée il y a quelques semaines par l’Union des municipalités du Québec trouve de nombreux échos localement, car trois des maires de l’agglomération de Longueuil ont profité de la séance publique du mois de février pour confirmer que la fonction de maire n’est pas toujours de tout repos.
Intimidation, non-respect de la fonction, menaces et menaces de mort sont entre autres au menu du bilan que tracent les trois maires de la Rive-Sud, dont deux d’entre eux ont déjà indiqué qu’ils quitteraient la vie politique en novembre prochain.
Longueuil
Sylvie Parent, mairesse de Longueuil, a goûté à la médecine du manque de respect. Elle a vécu un mandat de mairesse minoritaire, et oui il y a bien eu quelques prises de bec avec ses collègues, mais ce sont les commentaires sur les fameux réseaux sociaux qui l’ont ébranlée, car dans le dossier des cerfs de Virginie du parc Michel-Chartrand, les internautes se sont littéralement déchaînés contre elle, allant même jusqu’à lui proférer des menaces de mort. La police a finalement été saisie du dossier.
Sylvie Parent quittera la mairie de Longueuil en novembre.

Saint-Bruno-de-Montarville
Le maire de Saint-Bruno-de-Montarville, Martin Murray, a lui aussi subi de l’intimidation sur les réseaux sociaux ainsi que de fortes pressions pour accélérer le développement du territoire. « Aussitôt qu’il y a un problème dans une ville, c’est toujours la faute du maire, mais dans un contexte comme celui de Saint-Bruno ou le maire est minoritaire au conseil, on se retrouve avec peu de pouvoir, au final, mais avec beaucoup de blâmes, de l’intimidation et des menaces. »
Martin Murray quittera ses fonctions au mois de novembre.
Saint-Lambert
Pierre Brodeur, maire de Saint-Lambert, en a gros sur le cœur lui aussi. « C’est difficile de gérer et d’exercer nos fonctions lorsque la démocratie n’est pas respectée ni le code d’éthique qui devrait guider les élus », dit-il. Il faut dire que les trois dernières années ont été très difficiles au conseil municipal de Saint-Lambert. Le maire a fait appel à des détectives pour trouver qui, des conseillers en poste, coulaient de l’information confidentielle aux médias. La démarche a mis le feu aux poudres et le ministère des Affaires municipales en a été saisi. Des plaintes ont aussi été déposées contre un conseiller, à ce même ministère, alors qu’une majorité des conseillers en poste a retiré des fonctions ou des postes qu’occupait le maire Brodeur au sein d’organismes régionaux, entre autres. Dans la foulée de la campagne de sensibilisation lancée par l’UMQ, le maire Brodeur a tenu à rencontrer personnellement la présidente pour lui exprimer ses doléances.
Pierre Brodeur n’a pas encore annoncé sa candidature pour un second mandat à la mairie de Saint-Lambert, mais, dans une récente entrevue, il affirmait avoir sollicité l’ancien maire de Saint-Lambert, Seen Finn, pour qu’il reprenne du service. Un bon indice des intentions de monsieur Brodeur s’il en est un sur son propre avenir à la mairie.

La mairesse de Brossard parle d’injustice
Si la mairesse de Brossard Doreen Assaad n’a pas parlé d’intimidation, lors de la même séance, elle ne s’est cependant pas gênée pour dénoncer une décision majoritaire du conseil d’agglomération, soit de retirer une voie de circulation de compétence d’agglomération, un boulevard situé dans le secteur du DIX-30, le boulevard Leduc. Le retrait de ce dernier pour en faire une voie de circulation de compétence locale veut dire que tous les frais qui y sont liés seront entièrement assumés par les contribuables de Brossard seulement. « C’est illogique, injuste, discriminatoire, inacceptable et bâclé. Il serait temps de revoir l’ensemble du financement de l’agglomération », a déclaré madame Assaad, mais ses propos n’ont pas réussi à convaincre ses collègues.
Madame Assaad a déjà confirmé sa candidature à la mairie de Brossard lors des élections du 7 novembre prochain.




Partager cet article