Les mots-croisés de La Relève

La Ville de Boucherville s’oppose au mégaprojet d’agrandissement de l’école Pierre-Boucher

Photo de Diane Lapointe
Par Diane Lapointe
La Ville de Boucherville s’oppose au mégaprojet d’agrandissement de l’école Pierre-Boucher
La Ville de Boucherville a indiqué au gouvernement du Québec et à la députée de Montarville et ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy, qu’elle est fortement en désaccord avec une relocalisation des locaux de l’école Louis-Hippolyte-Lafontaine sur le terrain contigu à l'école Pierre-Boucher. (Photo : Diane Lapointe)

Elle favorise aussi la construction de deux écoles primaires dans les secteurs Du Boisé et Harmonie

Le conseil municipal de Boucherville s’oppose au projet d’agrandissement de l’école primaire Pierre-Boucher qui passerait de 14 locaux à 35, s’il est mis de l’avant. Il souhaite également la construction de deux nouvelles écoles primaires dans les secteurs Du Boisé et Harmonie.
Bien que ce soit un dossier de compétence provinciale, les élus municipaux ont pris officiellement position sur les projets déposés l’automne dernier par le Centre de services scolaire des Patriotes (CSSP) au ministère de l’Éducation (MEQ) dans le cadre du Plan québécois des infrastructures pour l’exercice financier 2021-2031.
Comme il a été rapporté dans La Relève l’automne dernier, le CSSP demandait au MEQ de rénover ou carrément remplacer l’école Louis-Hippolyte-Lafontaine située dans le secteur est de Boucherville. En raison de son état de vétusté important et d’une analyse, le centre scolaire indiquait qu’il était plus avantageux de démolir cette école plutôt que de la rénover, puisque les coûts de remplacement étaient quasi égaux (7,9 M$ pour rénover et 8,7 M$ pour la reconstruire).
Le centre scolaire qui demandait aussi l’ajout à l’école Pierre-Boucher de sept classes, pour un total de 21 locaux, envisageait, de plus, la possibilité de transférer la capacité d’accueil de l’école Louis-Hyppolite-Lafontaine dans un agrandissement à cet établissement. Ces deux scénarios combinés, l’école Pierre-Boucher localisée dans le secteur La Seigneurie verrait ainsi sa superficie plus que doubler.
« Ce serait alors la plus grosse école de Boucherville située dans un quartier très résidentiel, souligne le maire Martel. Nous nous opposons à ce projet compte tenu de la circulation qu’il entrainerait, de l’impact dans le paysage et surtout pour l’intérêt des élèves. Le conseil municipal souhaite, et je pense que la population partage ce point de vue, des écoles à échelle humaine et de proximité. Des écoles où les élèves ne sont pas complètement déstabilisés tellement c’est grand et anonyme, et où ils peuvent, autant que possible, s’y rendre en marchant. »
Pour ces raisons, la Ville de Boucherville se dit fortement en désaccord avec une relocalisation des locaux de l’école Louis-Hyppolite-Lafontaine sur le terrain contigu à l’école Pierre-Boucher et demande donc sa reconstruction sur son site actuel.
Elle favorise aussi la construction de deux nouvelles écoles de 16 locaux chacune dans les secteurs Du Boisé et Harmonie. Elle souhaite aussi que les élèves demeurant à Boucherville et nécessitant un enseignement spécialisé puissent fréquenter une école sur le territoire.
« Les commissions scolaires ont été remplacées par des centres administratifs, nous devons être à l’affut de ce qui se passe, car lorsque des décisions sont prises au niveau des établissements scolaires, celles-ci ont un impact sur la vie des gens et sur la qualité de vie à Boucherville », affirme M. Martel.
Après avoir avisé en février dernier le directeur général du Centre de services scolaire des Patriotes, Luc Lapointe, qu’elle est fortement en désaccord avec une relocalisation des locaux de l’école Louis-Hippolyte-Lafontaine sur le terrain contigu à l’école Pierre-Boucher, la Ville de Boucherville s’adresse maintenant au ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, et à la députée de Montarville et ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy.
« On espère que ce sera entendu et reçu des gens du centre administratif », a conclu M. Martel


Partager cet article