Les mots-croisés de La Relève

De nouvelles terres protégées dans le Corridor forestier du Mont-Saint-Bruno

Photo de Daniel Bastin
Par Daniel Bastin
De nouvelles terres protégées dans le Corridor forestier du Mont-Saint-Bruno
Le corridor comprend notamment le mont Saint-Bruno (au centre), un milieu naturel riche en biodiversité avec entre autres la présence de quelques 500 espèces végétales, 200 espèces d’oiseaux et de 36 espèces de mammifères. (Photo : NAQ)

En 2020, la pandémie a pris presque toute la place, mais l’environnement a aussi pris un peu plus sa place au cours de cette année folle, car Nature-Action Québec (NAQ) a acquis et protégé près de 26 hectares (ha) de milieux naturels, notamment dans le Corridor forestier du Mont-Saint-Bruno qui se trouve au cœur des municipalités de la MRC de Marguerite-D’Youville et de Boucherville.
En dressant son bilan de l’année 2020, NAQ a rappelé que ces 26 hectares de terres supplémentaires portent à 1 115 hectares la superficie totale des milieux conservés par l’organisme depuis 2007, ce qui permet de consolider le réseau d’aires protégées au sein de corridors et de noyaux de conservation vitaux situés dans le sud du Québec.
C’est ainsi que 14,84 ha ont été acquis et protégés dans le secteur de la tourbière Red Mill (près de Trois-Rivières); 7,35 ha près du mont Yamaska; 1,87 ha en périphérie du mont Rougement et 1,5 ha situé dans le Corridor forestier du Mont-Saint-Bruno.
Les responsables de NAQ précisent que cet ajout contribuera notamment à la protection à perpétuité d’habitats fauniques importants, incluant l’habitat essentiel de la rainette faux-grillon de l’Ouest, une espèce désignée vulnérable au Québec. Ils ajoutent que ce résultat découle de cinq acquisitions réalisées en 2020 et de deux dons écologiques.
Rappelons à ce sujet que, dans le cadre de sa stratégie de conservation, Nature-Action Québec oriente ses actions autour de la « Ceinture et trame verte et bleue du Grand Montréal » et a décidé de concentrer ses démarches majoritairement sur quatre montagnes, soit le mont Rigaud, le mont Rougemont, le mont Yamaska et le mont Saint-Bruno, ainsi que les corridors naturels de cette immense ceinture.
Cette stratégie a notamment pour objectif de préserver des noyaux de conservation riches en biodiversité et d’établir des liens naturels ou des corridors entre ces différents noyaux, en plus de créer des zones tampons autour de ces milieux naturels.
Le Corridor forestier du Mont-Saint-Bruno
Afin de contrer la fragmentation et la disparition d’habitats de plusieurs espèces fauniques et floristiques, NAQ et la Fondation du Mont-Saint-Bruno ont entrepris en 2005 le projet du Corridor forestier du Mont-Saint-Bruno, car la disparition de couvert forestier, de milieux humides et de friches était particulièrement prononcée dans ce secteur.
Le corridor comprend notamment le mont Saint-Bruno, un milieu naturel riche en biodiversité avec entre autres la présence de quelques 500 espèces végétales, 200 espèces d’oiseaux et de 36 espèces de mammifères, dont certaines sont désignées menacées ou vulnérables au Québec. On y retrouve également onze écosystèmes forestiers exceptionnels et la tourbière du lac des Atocas.


Partager cet article