Les mots-croisés de La Relève

La grève des sauveteurs se poursuit au Complexe aquatique de Varennes

Photo de Steve Martin, Initiative de journalisme local
Par Steve Martin, Initiative de journalisme local
La grève des sauveteurs se poursuit au Complexe aquatique de Varennes
(Photo : Fédération des employées et employés de services publics)

Les employés de quatre centre aquatiques de la région métropolitaine, incluant celui de Varennes, sont en grève depuis le 1er mars dernier. Regroupés au sein du Syndicat des travailleuses et des travailleurs des Centres aquatiques du Québec (STTCAQ-CSN), ces derniers ont depuis multiplié les activités de piquetage dans l’espoir d’obtenir de meilleures conditions salariales.

« Ça fait deux ans que ce syndicat est en négociation, a déclaré Jean-Pierre Bourgeault, vice-président et trésorier de la FEESP-CSN. Actuellement, les employés sont payés 13,10 $/h. Et après deux ans de négociation, l’employeur (la SODEM) leur offre 13,55 $/h. 13,55 $/h, c’est 45 sous de plus que le salaire minimum actuel. C’est carrément humiliant, considérant les qualifications des employés et sachant que dans d’autres grandes villes, le taux horaire offert pour le même type d’emploi avoisine en moyenne les 18 $ l’heure! »

Selon Chantal Ide, vice-présidente du Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM-CSN), après avoir revu à la baisse leurs demandes qui sont passées de 20$ à 17$ de l’heure, les employés en grève sont en droit d’attendre en retour une proposition à la hausse de la part de leur employeur.

« Parce que 13,55 $/h, ça ne rime pas du tout avec bonne foi, tonne cette dernière. Au contraire, les employé vont avoir besoin de RCR avec ce salaire! »

Outre le centre aquatique de Varennes, ceux de Saint-Laurent et Lasalle ainsi que la piscine St-Roch de Montréal sont également paralysés actuellement par la grève des sauveteurs.

Un écart considérable

Avant de mettre fin à ses moyens de pression, la STTCAQ-CSN demande aux employeurs de revenir à la table de négociation qu’ils auraient quitté le 25 février, sois trois jours après que le syndicat eut obtenu un mandat de grève de la part de ceux qu’il représente.

En outre, selon les informations fournies par le syndicat, l’offre salariale de la SODEM serait actuellement bien en deçà des conditions offertes dans d’autres centres de la région, soit 18,59$ offerts aux sauveteurs de Longueuil et 20,36$ pour ceux de Boucherville.

 

Partager cet article