Les mots-croisés de La Relève

Les feux de foyer extérieurs enflamment toujours les débats à Longueuil

Photo de François Laramée. De l’Initiative de journalisme local
Par François Laramée. De l’Initiative de journalisme local
Les feux de foyer extérieurs enflamment toujours les débats à Longueuil

Le débat sur l’autorisation ou non des feux de foyer extérieurs sur le territoire de la Ville de Longueuil s’enflamme encore. La récente directive de la mairesse Sylvie Parent à la Direction générale de la Ville, de préparer un règlement pour interdire les feux sur l’ensemble du territoire, ne passe pas comme une guimauve au-dessus de la braise…

La mairesse semble en avoir assez de la tergiversation et de la valse-hésitation des élus de Saint-Hubert de Greenfield Park, tout particulièrement.
Madame Parent rappelle que « lors du dernier conseil, j’en appelais au leadership des trois présidents d’arrondissement et leur demandais de s’entendre sur un libellé commun d’une résolution appuyant l’adoption d’un règlement “ville” qui interdira les feux extérieurs au bois. » Force est de constater qu’il n’y a eu aucun consensus au niveau des arrondissements.
. L’arrondissement du Vieux-Longueuil a voté à l’unanimité pour l’interdiction des feux de bois extérieurs.
. L’arrondissement de Saint-Hubert propose un encadrement strict, mais insuffisant pour contrer de façon définitive les effets néfastes des fines particules émises par la combustion du bois.
. L’arrondissement de Greenfield Park, quant à lui, préfère conserver le statu quo en demandant, encore une fois, un nouveau sondage. On se souviendra que Greenfield Park joue les indécis depuis 2014, alors que le conseil avait adopté à l’époque un premier projet de règlement afin de prohiber les foyers extérieurs au bois.

Le récent sondage mené par la firme Léger auprès de 1000 répondants de Longueuil a révélé que l’appui à l’interdiction passe à 64 % lorsqu’on rappelle qu’il s’agit d’un enjeu de santé publique et à 71 % lorsqu’on mentionne la protection de l’environnement.
« Qu’est-ce qui justifie que Longueuil, la cinquième plus grande ville au Québec, n’emboîte pas le pas à une interdiction ferme?
Que faudra-t-il à Longueuil, hormis d’innombrables preuves scientifiques, pour faire preuve de courage?
En ce sens, j’ai l’intention de donner instruction à la direction générale de préparer une proposition de modification au règlement sur les nuisances afin d’interdire les feux extérieurs au bois à l’échelle de la ville.
L’ensemble des élus aura à se prononcer sur cette question, une fois pour toutes, avant la saison estivale », a indiqué la mairesse Parent dont les intentions ne font vraiment pas l’unanimité.

Juridiction
Sa collègue et présidente de l’arrondissement de Saint-Hubert, Nathalie Boisclair, a vivement réagi à la directive de la mairesse en lui rappelant que la Ville de Longueuil avait une charte qui laissait aux arrondissements certaines juridictions et que le fait de ne pas vouloir respecter la vision des arrondissements de Greenfield Park et de Saint-Hubert était un non-respect desdits arrondissements.
Le président de l’arrondissement de Greenfield Park, Robert Myles continue pour sa part de réclamer une consultation, par écrit et par la poste, à l’ensemble des citoyens de l’arrondissement avant de décider si oui ou non les feux y seront interdits.
Le feu couve donc toujours et la suite de cette saga des feux extérieurs est prévue lors du vote au conseil, sur le projet de règlement « grande ville » de la mairesse Parent, en avril ou en mai probablement.


Partager cet article