Les mots-croisés de La Relève

Prolongement du REM jusqu’à Boucherville : des réactions mitigées

Photo de Diane Lapointe
Par Diane Lapointe
Prolongement du REM jusqu’à Boucherville : des réactions mitigées

L’annonce récente du gouvernement du Québec d’étudier la construction d’un Réseau express métropolitain (REM) entre Châteauguay et Boucherville ne laisse personne indifférent. Plusieurs acteurs de la scène locale se mobilisent pour dénoncer la façon de faire du gouvernement tout en se questionnant sur la réelle nécessité d’un tel projet compte tenu du faible achalandage, mais aussi de la facture qui en découlera inévitablement.
Sur la scène régionale, les maires de la MRC du Roussillon, soit dans le secteur Candiac-Chateauguay, se sont dits heureux de l’annonce de l’étude de ce projet qui amènerait un mode de transport rapide et structurant dans leur région. « Quelle belle nouvelle », a déclaré le préfet de la MRC, Christian Ouellette. Même remarque pour la mairesse de Sainte-Julie, Suzanne Roy, qui souhaite qu’il soit prolongé dans l’axe de l’autoroute 30, qu’il se rende l’échangeur A-20/A-30 et même jusqu’à Sainte-Julie.
Sur les réseaux sociaux, des dizaines de citoyens se sont ouvertement prononcés majoritairement contre un tel projet, mais plusieurs autres ont dit accueillir la venue d’un REM à Boucherville avec enthousiasme.
Voici d’ailleurs quelques commentaires de citoyens de Boucherville :
– « Beaucoup d’employés resteront en télétravail après la pandémie, il faut réfléchir à ça avant de réaliser ce type de projet. Est-ce vraiment nécessaire ? »
– « Nous sommes venus nous installer à Boucherville pour sa belle qualité de vie et surtout pour sa tranquillité. S’il vous plait, refusez ce projet qui n’est absolument pas nécessaire chez nous dans notre Belle Boucherville. »
– « Boucherville deviendra le Brossard de la “’30’’ Est. Quelle idée idiote! Les gens se plaignent à cause d’une cinquantaine de maisons qui poussent… et le vacarme et le dynamitage. Imaginez une station REM à Boucherville, et tous les projets de construction que ce projet amènera. »
– « Je ne suis pas en faveur de ce projet afin de conserver la tranquillité de Boucherville. Les autobus font très bien le travail. Je voyage moi-même en autobus. »
– « Pourvu que le tracé choisi ne soit pas sur le bord du fleuve déjà très hypothéqué avec la piste cyclable surélevée et longeant la route 132. La meilleure option serait le long de l’autoroute 30. »
– « Tant qu’à tasser les trains commerciaux le long de la 30, pourquoi ne pas faire passer le REM à la place des trains actuels? Le chemin est déjà tracé et en plus, c’est à proximité des gens qui vont facilement pouvoir y accéder. »
– « Je comprends qu’on ne veut pas densifier les quartiers et remplacer des maisons par des tours, mais pas de là à nous priver du seul projet de transport collectif permettant de se déplacer efficacement sur la Rive-Sud. »
– « Je crois qu’on ne peut arrêter le progrès collectif et planifier les besoins de transports futurs, comme le font les gouvernements pour les régions métropolitaines dans le monde entier!
Par contre, ce que je déplore particulièrement, c’est le modèle “bulldozer” du REM par la Caisse de dépôt et placement du Québec, à la suite de l’adoption de la loi québécoise d’expropriation votée en leur faveur!
Pourquoi ne pas mesurer l’accessibilité sociale via un sondage auprès de la population? »

Pétition
Enfin, un citoyen de Boucherville, Léo Parisi, demande, depuis mardi dernier, aux gens intéressés par le dossier à réclamer un référendum sur le sujet, en signant une pétition, car il croit que peu importe que l’on soit pour ou contre, la tenue d’un tel registre permettrait à l’ensemble de la population de se prononcer.



Partager cet article