Les mots-croisés de La Relève

Début de la vaccination dans la région à partir du 11 mars

Photo de Daniel Bastin
Par Daniel Bastin
Début de la vaccination dans la région à partir du 11 mars
Les résultats préliminaires de la santé publique indiquent qu'entre 5 % et 10 % des cas positifs au Québec sont des variants. (Photo : Shutterstock)

« Vacciner le Québec, c’est gagner contre la pandémie. C’est une grande nouvelle parce que les vaccins, c’est notre meilleur espoir de sortir de la pandémie et de gagner cette bataille qu’on mène depuis presque un an », a lancé le premier ministre François Legault le 23 février dernier. La vaccination en Montérégie débutera le 11 mars prochain avec les personnes âgées de 85 ans et plus. Aux alentours de la MRC de Marguerite-D’Youville, les lieux les plus près pour se faire inoculer sont Boucherville, Longueuil, Mont-Saint-Hilaire, Saint-Bruno-de-Montarville et Sorel-Tracy.
Il est important de noter à ce sujet que les personnes nées en 1936 ou avant sont invitées à prendre rendez-vous dès maintenant en ligne en consultant la page Québec.ca/vaccinCOVID, ce qui constitue le moyen le plus simple et le plus rapide de le faire. Pour ceux et celles qui n’ont pas accès à Internet ou qui éprouvent des difficultés à l’utiliser, il est possible de composer le 1 877 644-4545 pour recevoir du soutien.
Quatorze sites seront ouverts en Montérégie pour cette importante campagne, soit Acton Vale, Boucherville, Brossard, Candiac, Châteauguay, Lacolle, Longueuil, Mont-Saint-Hilaire, Saint-Bruno-de-Montarville, Saint-Césaire, Saint-Hyacinthe, Saint-Jean-sur-Richelieu, Salaberry-de-Valleyfield et Sorel-Tracy.
Les rendez-vous seront donnés au site qui se trouve le plus près du secteur de résidence de chaque personne. On précise que d’autres lieux de vaccination pourront s’ajouter selon les besoins. Pour en savoir plus sur la campagne de vaccination, il est conseillé de consulter le site : www.santemonteregie.qc.ca/vaccination-contre-la-covid-19-en-monteregie.
Entre 5 % et 10 % de variants
On a souligné également que l’accompagnateur d’une personne de 85 ans et plus pourrait se faire vacciner en même temps si elle est âgée de 70 ans et plus et qu’elle est présente au moins trois jours par semaine en soutien à son proche de plus de 85 ans. Toutefois, un seul accompagnateur peut se faire vacciner par personne née en 1936 ou avant.
« Le déploiement de la campagne de vaccination auprès de la population nous donne beaucoup d’espoir dans la lutte contre cette pandémie », a déclaré la docteure Julie Loslier, directrice de santé publique de la Montérégie. « Même après avoir reçu le vaccin, les gens devront demeurer vigilants puisqu’il prend plusieurs semaines avant d’être efficace. Le virus circule encore, des variants plus contagieux ont été identifiés au Québec. Nous devons donc continuer à suivre les mesures de santé publique pour protéger les personnes les plus vulnérables. »
La présence de variants inquiète les autorités de la santé publique, notamment la souche britannique qui est détectée au Québec. Les résultats préliminaires indiquent qu’entre 5 % et 10 % des cas positifs sont des variants et leur présence justifierait, entre autres, le maintien des mesures en place jusqu’à la fin de la semaine de relâche, minimalement.
« La semaine de relâche nous inquiète », a tenu aussi à rappeler le premier ministre. « Le facteur le plus important pour éviter une troisième vague à cause des variants, c’est d’éviter les rassemblements privés et les contacts en dehors de la bulle familiale. Soyons clairs : les rassemblements privés, c’est illégal. »
Il a toutefois lancé un message d’espoir à la population québécoise : « Dans quelques semaines, on va avoir vacciné les personnes vulnérables. Dans quelques mois, on va avoir vacciné la majorité de la population. Ça achève. D’ici là, on ne lâche pas. »

Partager cet article