Les mots-croisés de La Relève

Un HLM barricadé à Saint-Amable : « C’est inconcevable! », déplore le maire Stéphane Williams

Photo de Daniel Bastin
Par Daniel Bastin
Un HLM barricadé à Saint-Amable : « C’est inconcevable! », déplore le maire Stéphane Williams
" C’est quasiment inconcevable que des gens dans le besoin vivent cette situation-là. Nous, on veut régler ça le plus rapidement possible", a martelé Stéphane Williams. (Photo : CMM)

La pandémie a de nombreux effets pervers et l’un de ceux-là pourrait avoir des répercussions à très long terme pour les ménages à faibles revenus puisque la crise du logement social et abordable s’est aggravée dans le Grand Montréal ces derniers mois. La Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) sonne l’alarme et demande au gouvernement du Québec d’injecter des sommes supplémentaires dans son prochain budget pour améliorer cette situation préoccupante.
« Le gouvernement du Québec n’a pas accordé de nouvelle programmation AccèsLogis depuis maintenant deux ans, mais les besoins se sont largement accentués pendant ce temps », a fait valoir Stéphane Williams, maire de Saint-Amable et président de la commission du logement social de la CMM. « Nous sommes très préoccupés par la situation et nous déplorons que des travailleurs soient trop souvent incapables de se loger près de leur lieu d’emploi en raison de l’insuffisance de logements abordables dans de nombreux secteurs du Grand Montréal », a-t-il mentionné.
« Aux 213 000 ménages locataires à faible revenu qui devaient consacrer 30 % ou plus de leur revenu pour se loger s’en sont ajoutés de nouveaux, qui ont basculé dans la précarité, et d’autres qui se retrouvent maintenant parmi la population itinérante », a renchéri pour sa part Valérie Plante, mairesse de Montréal et présidente de la Communauté métropolitaine de Montréal.
« La récente entente Canada-Québec et l’Initiative pour la création rapide de logements apporteront un peu d’oxygène, mais il faut en faire plus. Le gouvernement du Québec doit investir massivement dans un important chantier national pour préserver le parc de logements sociaux existants et construire de nouveaux logements sociaux et abordables. »
« Une cicatrice » à Saint-Amable
Le dossier du logement social tient particulièrement à cœur Stéphane Williams, car il y a un HLM (habitation à loyer modique) barricadé au centre de la ville à la suite d’un constat d’infiltration d’eau, de fissures et de problèmes structurels. L’Office municipal d’habitation (OMH) Marguerite-D’Youville a dû prendre la décision de barricader l’immeuble situé au 300, rue Dominique et de relocaliser les douze familles qui y résidaient.
« Un bâtiment barricadé, pour moi c’est une cicatrice dans le paysage et à chaque fois que je passe ici, mon cœur saigne », a lancé le maire de Saint-Amable dans une des six vidéos où des élus de la CMM ont accepté d’exposer diverses problématiques auxquelles leurs municipalités sont confrontées en dénonçant du même coup le manque de moyens dont elles disposent pour les régler.
« Les familles sont vraiment en attente de revenir à Saint-Amable », a fait valoir pour sa part Mélanie Sanche, directrice générale de l’OMH Marguerite-D’Youville. « Des familles ont perdu leur repère et elles ont été relocalisées dans des municipalités voisines. Il n’y a pas une semaine qui passe sans que j’aie un appel pour me dire :  » Mélanie, qu’est-ce qui se passe avec le 300 rue Dominique? Est-ce qu’on réintégrera nos logements bientôt? « . »
« Actuellement, on n’a pas de réponses à leur donner », a t-elle précisé. « On a fait des démarches auprès de la Société canadienne d’hypothèque et de logement (SCHL) et de la Société d’habitation du Québec (SHQ), mais on manque de réponse. On est prêt à reconstruire le projet, mais on n’a pas de réponse à l’heure actuelle. »
« On a fait une priorité au conseil d’amener ce projet à terme pour les familles dans le besoin dans un quartier où il y a vraiment beaucoup de jeunes familles », a ajouté Stéphane Williams. « L’immeuble se marierait très bien avec ce milieu de vie. Saint-Amable est une ville très dynamique avec quatre écoles primaires et une école secondaire. À proximité du bâtiment il y a le pôle jeunesse avec la Maison des jeunes et le parc Notre-Dame-de-la-Paix ».
« Le processus est long et on comprend ça, mais en tant que Ville, on demande au gouvernement d’accélérer ce processus pour répondre vraiment au besoin de plus en plus criant. C’est quasiment inconcevable que des gens dans le besoin vivent cette situation-là. Nous, on veut régler ça le plus rapidement possible », a conclu Stéphane Williams.




Les demandes de la CMM

Dans son mémoire prébudgétaire, la CMM demande notamment au gouvernement du Québec 300 M$ par année pendant au moins cinq ans pour permettre la réalisation annuelle de quelque 2 700 nouveaux logements AccèsLogis dans le Grand Montréal; 200 M$ annuellement aux travaux de RAM (rénovation, amélioration et modernisation) du parc des HLM publics de la région et de confirmer cette enveloppe pour les trois prochaines années; 15 M$ pour le Grand Montréal sur une base pluriannuelle pour les interventions de soutien communautaire en logement social.

Partager cet article