Les mots-croisés de La Relève

La situation des urgences s’améliore au Québec mais elle ne dérougit pas en Montérégie

Photo de Daniel Bastin
Par Daniel Bastin
La situation des urgences s’améliore au Québec mais elle ne dérougit pas en Montérégie
Depuis le début du mois de janvier, le nombre de cas a diminué de plus de 60 % dans tous les groupes d'âge, sauf chez les moins de 18 ans (-26 %). Ces derniers représentent maintenant environ un nouveau cas sur quatre.

Les mesures mises de l’avant par le gouvernement continuent d’avoir des effets bénéfiques sur la progression de la pandémie, car la moyenne des nouveaux cas par jour se situe aux alentours de 1 000. La situation dans les urgences des hôpitaux à travers le Québec en est le reflet puisqu’elle s’établissait en date du 11 février à 92 % de leurs capacités, c’est-à-dire un code orange. Toutefois, ce n’est pas du tout le cas en Montérégie puisque les urgences continuent de déborder étant donné qu’elles sont à 131 % de leur capacité.
L’établissement de soins de santé le plus affecté encore une fois est Pierre-Boucher à Longueuil, alors que 64 patients sont sur une civière alors que l’urgence peut accueillir normalement 35 personnes. On remarque aussi que 27 malades sont alités depuis au moins 24 heures et 12 depuis 48 heures.
On constate également que l’Hôpital Honoré-Mercier de Saint-Hyacinthe est également au code rouge avec un dépassement de 135 % pour sa part. C’est toutefois mieux à Charles-Lemoyne à Longueuil puisqu’il est classé en code orange selon le site Internet Index santé (93%), tout comme l’Hôtel-Dieu de Sorel qui est à 82 %.
De plus, on observe que les urgences des huit établissements de santé de la Montérégie ont dépassé en moyenne leur capacité d’accueil au cours des dix derniers jours, soit depuis le début du mois de février, ce qui fait qu’elles se retrouvaient régulièrement en code rouge.
Il est à noter que même l’ensemble des urgences des hôpitaux de l’île de Montréal s’en tirent mieux avec un code orange, soit 96 %, toujours en date du 11 février.
La baisse se poursuit
Cette tendance à l’amélioration des établissements de santé se reflète dans les deux rapports produits de manière hebdomadaire par l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS). En ce qui concerne les risques d’hospitalisation, les responsables indiquent : « Pour une quatrième semaine consécutive, on note une baisse (-16 %) du nombre de nouveaux cas par rapport à la semaine précédente (7 480 versus 8 857) »
« Depuis le début du mois de janvier, le nombre de cas a diminué de plus de 60 % dans tous les groupes d’âge, sauf chez les moins de 18 ans (-26 %). Ces derniers représentent maintenant environ un nouveau cas sur quatre. Par rapport à la semaine précédente, la diminution des cas est observée dans toutes les régions, mais est moins marquée dans la région de Montréal (-5 %) », est-il précisé dans le rapport.
« La diminution du nombre d’hospitalisations anticipées se poursuit, avec une baisse de 19 % par rapport à la semaine précédente (329 versus 405). On anticipe que 57 patients nécessiteront un séjour aux soins intensifs, comparativement à 65 la semaine précédente. »
Dans l’autre rapport, celui sur les besoins hospitaliers, on précise : « Pour le Québec dans son ensemble, on anticipe que le déclin observé la semaine dernière du nombre de patients COVID-19 hospitalisés se poursuivra. Pour Montréal et ses régions proches (zone 1), les hospitalisations projetées continuent à diminuer. On ne prévoit pas de dépassement des capacités hospitalières au cours des trois prochaines semaines ».



Partager cet article