Les mots-croisés de La Relève

Nouveau plan quinquennal à Saint-Amable: un développement axé sur les besoins des jeunes, des familles et des aînés

Photo de Steve Martin, Initiative de journalisme local
Par Steve Martin, Initiative de journalisme local
Nouveau plan quinquennal à Saint-Amable: un développement axé sur les besoins des jeunes, des familles et des aînés
La Ville est actuellement à l’étape de la demande à la CMM d’une étude technico-économique pour son projet d’usine de transformation. (Photo : Ville de Saint-Amable)

Cette année, Saint-Amable souligne son 100e anniversaire. Lors d’une conversation avec le maire Williams, La Relève a eu l’opportunité de discuter de certains éléments importants qui feront partie d’un nouveau plan quinquennal qui pourrait être présenté ce printemps. 

La sécurité d’abord

Parmi les principaux objectifs de ce plan quinquennal, l’administration compte notamment apporter des modifications aux feux de signalisation au coin des rues Principale et du Cardinal afin d’améliorer la fluidité de la circulation et les passages piétonniers. Il pourrait également y avoir d’ici 2023 des modifications afin de sécuriser les intersections de la rue Principale avec les rues Auger, Aimé, Rémi et Bourgeois.

« Nous voulons prioriser la sécurité des citoyens à cet endroit parce que la configuration actuelle est dangereuse, précise le maire Williams. Il y a de plus en plus de trafic, alors nous voulons améliorer la circulation. C’est un gros point que nous sommes en train de négocier avec le MTQ. »

Plus de 3 millions pour le traitement des eaux usées

L’élu met également l’accent sur le projet visant dans les prochaines années à mettre à niveau les bassins de rétention d’eau pour les eaux usées.

« Nous avons prévu un investissement d’environ 3,2 millions de dollars pour un bâtiment avec de nouveaux dégrilleurs avec surdimensionnement des tuyaux pour améliorer les eaux usées. Nous devions les mettre à niveau, car nos installations étaient saturées en raison du développement. »

Prendre soin des aînés

La construction d’un bâtiment sur la rue Coursol, qui devrait comprendre des logements pour 40 personnes aînées autonomes, devrait par ailleurs débuter en 2021 pour se conclure en 2022.

« C’est un projet qui avance à bon train. Ce sont des unités de logement à prix modique qui peuvent être subventionnées. C’est important pour nous de garder nos aînés ici. Ça fait partie de nos richesses. »

Une trentaine de logements pourraient par ailleurs s’ajouter au cours d’une seconde phase de développement. Un autre projet de centre pour aînés est également en développement et pourrait faire l’objet d’une annonce dans les prochains mois.

Culture et jeunesse

La mise sur pied d’un campus jeunesse et culturel compte également parmi les priorités de l’administration.

« La Maison des jeunes s’est associée à la Ville pour que le projet soit réalisable le plus rapidement possible. Nous voulons que ce soit réalisé en 2022. Nous planifions de démolir l’actuelle Maison des jeunes pour créer un bâtiment qui va répondre aux besoins de tous les organismes de Saint-Amable. Il y aurait également de l’espace pour du culturel. Ça pourrait être utilisé 7 jours sur 7. C’est un super beau projet multigénérationnel. »

Un projet de camping

Côté sports et plein air, la Ville compte également s’engager dans son plan quinquennal à améliorer les sentiers du parc Le Rocher et aller de l’avant avec son projet de chapiteau permanent qui pourrait servir pour la patinoire l’hiver et les festivals durant la belle saison.

« Nous avons également un projet de camping qui nous a été soumis par un promoteur. Ce serait un bel ajout pour notre secteur récréotouristique. Nous travaillons présentement avec la MRC et la CMM afin de faire une demande dans un second temps à la Commission de protection du territoire agricole (CPTAQ). C’est un projet qui nous amènerait des visiteurs de l’extérieur de Saint-Amable, alors ce serait bon pour nos restaurants, épiceries, notre centre de rénovation, etc. »

L’administration devrait par ailleurs recevoir une réponse au printemps à la suite de la demande déposée à la CPTAQ concernant le développement d’un nouveau parc industriel à l’entrée de la Ville.

La relance de l’industrie agroalimentaire

Finalement, concernant l’important dossier de sa relance agricole, la Ville est actuellement à l’étape de la demande à la CMM d’une étude technico-économique pour son projet d’usine de transformation sur un secteur inutilisé du parc le Rocher.

Cette usine permettrait la transformation des pommes de terre produites par les agriculteurs de la région et de culture complémentaires.

« Nos terres sont sablonneuses. Au lieu de produire du maïs et du soja, nous allons privilégier le maraîcher. Nos agriculteurs pourront faire de l’argent sur deux volets au niveau de la production de la transformation. Ça pourrait permettre au secteur de retrouver sa rentabilité de jadis, avant la crise du nématode, » rappelle le maire élu en 2017.

 

 

Partager cet article