Les mots-croisés de La Relève

Rentrée parlementaire du Bloc Québécois: fiables et fiers pour le Québec

communiqué
Rentrée parlementaire du Bloc Québécois: fiables et fiers pour le Québec

À l’issue du caucus présessionnel virtuel du Bloc Québécois, qui se tenait le 20 janvier dernier, le député de Montarville, M. Stéphane Bergeron, a fait écho aux propos de son chef, M. Yves‐François Blanchet, pour dévoiler les priorités de l’aile parlementaire bloquiste dans le cadre d’une rentrée parlementaire plus que jamais marquée par la COVID‐19.

«En plein confinement, la priorité du Québec et du Bloc Québécois est la gestion de la pandémie. Nous allons talonner Justin Trudeau pour qu’il assume sa responsabilité d’approvisionner le Québec en vaccins. Il devra assumer sa responsabilité de gérer les frontières et les quarantaines. Il devra assumer sa responsabilité envers les aînés, qui sont les plus touchés par la pandémie et les moins soutenus financièrement. Il devra assumer sa responsabilité dans les difficultés vécues par le réseau de la santé du Québec et enfin hausser les transferts en santé. Parallèlement, nos élus continueront de proposer des solutions au déclin du français au Québec et de soutenir les valeurs communes des Québécois et leurs choix de société. Le Bloc Québécois sera fiable et fier pour le Québec», a déclaré M. Blanchet.

La rentrée du Bloc Québécois sera donc axée sur la gestion de la pandémie et l’identité québécoise. Elle s’articulera plus spécifiquement autour de cinq priorités:

L’approvisionnement en vaccins – Il nous apparaît inconcevable que, malgré les ententes soi-disant conclues avec la compagnie, et ce, alors que la situation est plus critique que jamais, l’approvisionnement en doses du vaccin de Pfizer soit réduit au cours des prochaines semaines;
Le contrôle des frontières – Il est plus nécessaire que jamais, si on veut éviter une réédition des dérapages du printemps dernier faisant suite à la semaine de relâche, que le gouvernement Trudeau interdise purement et simplement les vols internationaux non essentiels et mette en place des mesures de contrôle efficaces des quarantaines des voyageurs;
Le soutien de nos aînés – Le Bloc s’était fermement engagé, durant la campagne électorale, à améliorer la qualité de vie de nos aînés par une hausse pérenne de 110 $ par mois de la pension de vieillesse et une augmentation du Supplément de revenu garanti (SRG), et ce, dès l’âge de 65 ans afin, de soutenir leur pouvoir d’achat, particulièrement dans un contexte de relance économique;
La hausse des transferts en santé – Alors que la pandémie a révélé les faiblesses du système de santé et que la contribution fédérale aux soins de santé correspond à moins de 25% des coûts, nous exigeons qu’Ottawa augmente significativement les transferts aux provinces, afin que sa participation atteigne de nouveau 50 % des frais relatifs aux soins de santé et que cette contribution, conformément à ses engagements en la matière, soit permanente et sans condition.
Le français – La session parlementaire de l’automne 2020 nous a permis de constater le peu d’importance que plusieurs accordent au français à Ottawa, particulièrement chez certains députés libéraux et du côté de la diplomatie canadienne. Cela dit, fait plutôt rarissime, toutes les formations politiques, à Ottawa, s’entendent pour reconnaître que le français est en déclin, même au Québec et plus particulièrement à Montréal. Il s’agit d’une occasion à saisir pour relayer les revendications du Québec, notamment à l’effet d’appliquer la Loi 101 aux entreprises de juridiction fédérale et de rendre la connaissance suffisante du français obligatoire pour l’obtention de la citoyenneté au Québec.

«À titre de porte-parole du Bloc Québécois en matière d’affaires étrangères et d’affaires intergouvernementales, je me sens interpellé au premier chef par ces différentes priorités. Depuis les premières éclosions de COVID-19, au printemps dernier, je réclame du gouvernement fédéral, par exemple, qu’il exerce un contrôle plus serré aux frontières et qu’il investisse davantage dans les soins de santé. Dans tous ces cas, il s’est montré négligeant, préférant distribuer à droite et à gauche de l’argent que nous n’avons pas, tout en prenant bien soin de permettre à des amis de se servir au passage. Nous en voyons aujourd’hui le résultat… Il est temps de se ressaisir et de faire mieux, afin que nous puissions enfin nous engager résolument sur la voie de la sortie de crise. Le gouvernement Trudeau aura-t-il le sens des responsabilités requis pour ce faire? Quoiqu’il arrive, nous entendons continuer à le rappeler sans cesse à ses responsabilités», de conclure Stéphane Bergeron.

Partager cet article