Les mots-croisés de La Relève

Projet de multiplex sur le boulevard Saint-Joseph : Le comité de démolition dit « non »

Photo de Steve Martin, Initiative de journalisme local
Par Steve Martin, Initiative de journalisme local
Projet de multiplex sur le boulevard Saint-Joseph : Le comité de démolition dit « non »
Le projet proposé par le promoteur et propriétaire du 500, boulevard Saint-Joseph comprend 28 logements. (Photo : courtoisie)

Les citoyens qui s’opposaient au  projet de démolition de la résidence du 500, boulevard Saint-Joseph à Sainte-Julie et à la construction d’un immeuble de 28 logements ont remporté une première bataille.

Lors de la séance publique qui se tenait via visioconférence, Pierre-Luc Blanchard, directeur du Service de l’urbanisme et secrétaire du comité de démolition, a rappelé que l’obtention du permis de démolition par le promoteur était conditionnelle à l’acceptation du projet de remplacement proposé par celui-ci.

Présenté à plusieurs reprises au comité d’urbanisme, le projet a fait l’objet d’un amendement de zonage. Ce dernier est entré en vigueur en novembre et devait permettre la réalisation du projet de remplacement. Le précédent règlement permettait la construction d’habitations multifamiliales se limitant à 6 ou 8 logements, en structure isolée ou jumelée.

Le récent projet soumis par l’actuel propriétaire proposait en revanche la construction d’un immeuble de 28 logements, soit 10 unités de 5 ½, 14 de 4 ½ et 4 de 3 ½ en plus des espaces de stationnement souterrains.

Trente citoyens se sont prévalus de leur droit et manifesté leur opposition au projet. Le tout, dans les délais prévus avant la tenue de la rencontre qui se déroulait en présence du promoteur.

Encadrer la densification

Les citoyens qui se sont opposés à l’actuel projet ont notamment évoqué que l’aspect massif de la construction envisagée par le promoteur ne s’intégrait pas dans l’esprit du secteur situé en bordure du Vieux-Village et qu’il risquait d’altérer son cachet.

Certains ont remis en question la volonté de démolir une construction en bonne condition. Celle d’évincer une famille déjà installée dans la résidence également. La coupe de dizaines d’arbres lors du développement du projet n’a pas non plus obtenu la faveur populaire.

De façon plus générale, les Julievillois qui se sont manifestés ont démontré une volonté de voir l’administration municipale mieux encadrer la densification et les projets des promoteurs. Le tout, afin que la croissance ne soit pas accompagnée d’une perte d’identité de leur ville.

Le manque de logements à coût accessible dans le secteur est un autre problème qui a aussi été soulevé. Et ce, afin d’éviter que l’inévitable densification entraîne également une phase de gentrification du secteur.

Un délai de 30 jours

Au terme de la rencontre, les conseillers Isabelle Poulet, Norman Varin et Mario Lemay ont rendu leur décision. Celle de ne pas accorder le permis au promoteur du projet du boulevard Saint-Joseph. Parmi les arguments évoqués les membres du comité de démolition ont mentionné la densité trop importante du projet et son intégration difficile dans le milieu.

L’absence de protection suffisante du couvert végétal et l’abattage d’arbres matures ont également contribué à la prise de décision. Cette dernière fut par la suite entérinée lors du conseil municipal lors de la séance publique du 8 décembre. Le promoteur bénéficie pour sa part d’un délai de 30 jours pour en appeler de la décision.

Partager cet article