Verchères 350

Un projet évalué à 875 M$ pour construire une nouvelle usine de biocarburants à Varennes

Photo de Daniel Bastin
Par Daniel Bastin
Un projet évalué à 875 M$ pour construire une nouvelle usine de biocarburants à Varennes
La nouvelle usine de biocarburant permettra le recyclage du carbone et de l'hydrogène contenus dans les matières résiduelles non recyclables et la biomasse forestière résiduelle actuellement mis à l’enfouissement ou brulés. (Photo : Enerkem)
« Aujourd’hui, les élus et les gestionnaires municipaux de Varennes ont une pensée particulière pour feu Vincent Chornet, un pionnier de ce projet, une source d’inspiration inestimable et un ami qui nous a quitté l’année dernière. En sa mémoire, le conseil municipal nomme, en son nom, la nouvelle rue qui mènera vers les installations d’Enerkem », a mentionné le maire Martin Damphousse.

Varennes consolide sa position de pôle d’importance de l’énergie verte au Québec avec l’annonce du projet Recyclage Carbone Varennes (RCV), élaboré par l’entreprise québécoise Enerkem et ses partenaires, qui est évalué dans son ensemble à 875 millions de dollars. La nouvelle usine de biocarburants permettra le recyclage du carbone et de l’hydrogène contenus dans les matières résiduelles non recyclables et la biomasse forestière résiduelle actuellement mis à l’enfouissement ou brulés.
La nouvelle a été confirmée officiellement au Palais des congrès de Montréal alors que le premier ministre, François Legault, a annoncé pour ce projet d’envergure un prêt d’une somme maximale de 80 millions de dollars ainsi qu’un placement en parts privilégiées d’une valeur maximale de 80 millions de dollars d’Investissement Québec. Le complexe sera situé dans la zone industrialo-portuaire de Varennes, c’est-à-dire dans une partie des anciens terrains de Pétromont en bordure du fleuve Saint-Laurent.
Le chef de la direction de l’entreprise québécoise Enerkem, Dominique Boies, a expliqué pour sa part que Recyclage Carbone Varennes produira l’un des carburants à plus faible intensité de carbone en détournant les déchets non recyclables et la biomasse forestière résiduelle des sites d’enfouissement, en utilisant de l’électricité et de l’hydrogène ainsi que de l’oxygène renouvelables. Il a ajouté que l’usine deviendra une vitrine technologique du savoir-faire québécois et canadien dans le développement et le déploiement de technologies propres et innovantes. De plus, l’hydrogène vert et les autres énergies renouvelables contribueront au remplacement des énergies fossiles dans le secteur industriel, le secteur des transports et pour le chauffage des bâtiments.
Un des électrolyseurs les plus puissants du monde
Le soutien gouvernemental provincial lié à ce projet permettra aussi l’implantation, par Hydro-Québec, d’un électrolyseur de 88 mégawatts pour la production d’hydrogène vert, dont les investissements sont évalués à plus de 190 millions de dollars. Selon Sophie Brochu, présidente-directrice générale d’Hydro-Québec, la Société d’État exploitera bientôt l’un des électrolyseurs les plus puissants du monde pour produire de l’hydrogène vert. « Plusieurs pays s’intéressent à l’hydrogène, mais ne peuvent pas en produire à partir d’énergie renouvelable, comme c’est le cas ici. Notre électricité propre nous permet d’être ambitieux et de voir grand. »
Recyclage Carbone Varennes devrait permettre de nouveaux débouchés pour la biomasse forestière des scieries et les résidus des centres de tri. Le projet permettra aussi la création de plus de 500 emplois pendant la construction de l’usine et de près de 100 emplois lors de son exploitation.
Les responsables ont également avancé que RCV aura également pour conséquence de réduire globalement les gaz à effet de serre (GES) de plus de 170 000 tonnes de CO2éq par année, ce qui équivaut à retirer 50 000 voitures de la circulation chaque année.
Pour sa part, le gouvernement fédéral injecte 70 millions de dollars dans le cadre du programme d’infrastructure Investir dans le Canada, ainsi qu’un montant de 4 millions de dollars de Développement économique Canada. À ces contributions s’ajoute l’appui financier de partenaires stratégiques majeurs, soit Shell Canada Products, Suncor Energy et Proman.
« Varennes devient le premier pôle de développement de cette technologie propre et innovante au Québec », a conclu pour sa part le maire de Varennes, Martin Damphousse, en ayant une pensée particulière pour feu Vincent Chornet, un pionnier de ce projet qui est décédé l’année dernière. En sa mémoire, le conseil municipal a nommé, en son nom, la nouvelle rue qui mènera vers les installations d’Enerkem, dont il guidait auparavant les destinées.




Faits saillants

• Conversion de plus de 200 000 tonnes de matières résiduelles non recyclables et de biomasse forestière résiduelle en une production annuelle de près de 125 millions de litres de biocarburants.
• Contribution à la réduction des gaz à effet de serre (GES) équivalant au retrait de près de 50 000 véhicules de la route chaque année.
• Construction d’une des plus grandes installations de production d’hydrogène et d’oxygène renouvelables au monde avec un électrolyseur de 88 mégawatts misant sur l’électricité verte du Québec.
• Création de plus de 500 emplois pendant la construction et d’une centaine d’emplois directs pendant l’exploitation.
• Retombées économiques annuelles récurrentes de 85 M$ CA pour le Québec.
• Investissement de 60 M$ depuis août 2019 pour le développement du projet, la préparation du site et l’obtention des permis requis.
• Le partenariat convenu est sujet à la signature des ententes commerciales.



Partager cet article