Les mots-croisés de La Relève

Longueuil veut capturer et euthanasier près de 50 % des chevreuils du parc Michel-Chartrand !

Photo de François Laramée. De l’Initiative de journalisme local
Par François Laramée. De l’Initiative de journalisme local
Longueuil veut capturer et euthanasier près de 50 % des chevreuils du parc Michel-Chartrand !

Ils représenteraient une menace pour la survie du parc !
La Ville de Longueuil, en collaboration avec le ministère de la Faune, s’apprête à capturer dans des cages, puis à euthanasier, près de la moitié des quelque 32 chevreuils qui vivent actuellement dans le parc Michel-Chartrand.
Le dernier recensement réalisé en 2017 indique que 32 cerfs vivent dans le parc.
Selon la Ville, la densité de cerfs demeure plus de deux fois trop élevée pour la capacité du parc, c’est pourquoi la Ville a décidé d’éliminer près de la moitié du cheptel.
Dans le document justifiant l’élimination des 15 cerfs, on indique que la surpopulation de cerfs menace la survie du parc Michel-Chartrand, rien de moins.
D’autres solutions ont été envisagées pour abaisser le cheptel, mais selon les spécialistes, la capture et l’euthanasie, dans ce cas, était une solution exceptionnelle, mais rationnelle.
La surpopulation de cerfs, dit la Ville, apporte des enjeux de protection du territoire et de cohabitation harmonieuse, en plus de mettre à risque l’espèce. La densité actuelle a des impacts majeurs – très faible : régénérescence de la forêt;
– compromet les plantations à venir pour contrer l’agrile du frêne;
– met en péril la biodiversité animale et végétale;
– engendre des coûts considérables aux propriétés riveraines;
– augmente le risque d’accidents routiers (38 en 2019) et de transmission de la maladie de Lyme.
À la suite de la capture, et de la mise à mort des chevreuils, un volet social de l’opération est prévu par des dons à Moisson Rive-Sud qui redistribuera la viande de chevreuil à des banques alimentaires et organismes locaux.
Par ailleurs, la Ville continue d’encourager la pratique de la chasse dans le Boisé du Tremblay où, selon le même recensement, on y dénombrait 73 chevreuils alors que dans le Boisé Pratt & Whitney, il ne resterait que deux bêtes seulement, selon le même recensement.

Partager cet article