Guignolée 2020

Quand Verchères se fait tirer le portrait

Photo de Steve Martin, Initiative de journalisme local
Par Steve Martin, Initiative de journalisme local
Quand Verchères se fait tirer le portrait
La photographe Chanel Sabourin (Photo : Gabriel Larocque)

La portraitiste Chanel Sabourin a choisi d’utiliser la lentille de sa caméra pour aller à la rencontre de ces têtes que tout le monde connaît à Verchères. Une belle façon pour une nouvelle arrivante (ou presque) de s’intégrer à sa communauté d’accueil.

Celle dont les photos sont regroupées sous le thème Ta face me dit queqchose a quitté Montréal il y a deux ans afin de s’établir dans son nouveau milieu de vie sur le bord du fleuve. Elle n’aurait sans doute pas imaginé que ses photos seraient exposées quelques mois plus tard le long de la promenade fluviale pour le bon plaisir des passants.

« J’ai fait la rencontre de Marie-Josée Frigon qui est une des personnes derrière Le phare culturel de Verchères, explique Chanel. Elle s’occupe aussi du marché fermier. J’ai d’abord été à sa rencontre pour lui proposer de faire des photos du marché. J’étais nouvelle et j’avais envie de m’impliquer. On s’est mis à discuter. Par la suite, de fil en aiguille, j’ai aussi eu l’opportunité de rencontre Félix Guyon et Francis Rollin qui font aussi partie du groupe. »

L’humain avant tout

C’est d’ailleurs au fil de ces rencontres et de nouvelles collaborations qu’a émergé l’idée. Celle de présenter une exposition de portraits grands format sur les personnages qui sont des piliers de la communauté.

« Ce sont vraiment les gens du Phare qui m’ont proposé ce projet-là, ajoute Chanel Sabourin. Ils savaient que l’humain, c’est ce qui m’intéresse, alors ils sont arrivés avec ce concept pour moi. Ils ont tout organisé, du choix des modèles à l’installation des photos. J’ai vraiment été choyée! »

Opportunité unique pour accélérer son intégration au sein d’une communauté où la culture et l’engagement sont valorisés, on peut dire que le projet est arrivé à un fort bon moment.

« Surtout dans le contexte actuel, admet Chanel. On est tous un peu encabanés chez nous. C’était juste avant la seconde vague alors ça m’a permis d’aller à la rencontre de ces gens, d’écouter leurs histoire. Ç’a été une expérience super intéressante. »

Partager cet article