Guignolée 2020

De nombreux citoyens dénoncent la chasse aux bernaches avec des autos téléguidées

Photo de François Laramée. De l’Initiative de journalisme local
Par François Laramée. De l’Initiative de journalisme local
De nombreux citoyens dénoncent la chasse aux bernaches avec des autos téléguidées

Le texte paru dans le journal La Relève le 22 septembre dernier au sujet de l’effarouchement à l’aide de petites voitures téléguidées des bernaches du Canada au parc Michel-Chartrand de Longueuil a fait réagir de nombreux citoyens, particulièrement sur les réseaux sociaux. Les lecteurs ont dénoncé la Ville, en raison des actions d’effarouchement, mais aussi parce qu’au printemps, les œufs des couvées des bernaches ont été détruits artificiellement par stérilisation. Plusieurs souhaiteraient que les migrateurs puissent évoluer eux aussi dans la nature et que l’homme n’intervienne pas, malgré les quelques inconvénients. La Ville de Longueuil s’est sentie à ce point interpellée qu’elle a choisi de répondre à certains commentaires formulés à la suite de la parution de la nouvelle. Dans le texte, il était question de l’utilisation d’un objet téléguidé au sol pour faire fuir les bernaches et éviter leur surpopulation au parc Michel-Chartrand.

Depuis quelques années, la surreprésentation des bernaches du Canada engendre en effet des problèmes de salubrité au parc Michel-Chartrand et menace son fragile écosystème. Leur présence en grand nombre altère la qualité de l’eau des lacs et amplifie la problématique des fientes au sol.

Avec l’autorisation du ministère d’Environnement et Changement climatique Canada, la Ville de Longueuil a donc mandaté au printemps dernier une firme spécialisée en gestion de la faune en milieu urbain pour assurer le contrôle de la surpopulation de bernaches du Canada au parc. En plus de techniques d’effarouchement des oiseaux, le mandat octroyé par la Ville comprend également la stérilisation d’œufs dans les nids.

Ces mesures ne visent en aucun cas à blesser les bernaches. Leur réponse lors des techniques d’effarouchement à l’aide de l’objet téléguidé est méticuleusement observée, et aucun acharnement n’est toléré.

Notons que d’intensifier les activités d’entretien et le ramassage des excréments sur la pelouse et les sentiers n’est pas considéré comme une action durable : la population de bernaches ne ferait ainsi qu’augmenter davantage et les désagréments reliés à leur surpopulation deviendraient hors de contrôle…



Partager cet article