Guignolée 2020

La Montérégie dépasse le cap des 1 000 nouveaux cas en une semaine

Photo de Daniel Bastin
Par Daniel Bastin
La Montérégie dépasse le cap des 1 000 nouveaux cas en une semaine
Cette progression est préoccupante, car c’est plus du double par rapport à il y a quelques semaines seulement, alors que l’on comptait 494 nouveaux cas dans la région pour la période du 21 au 27 septembre. (Photo : Shutterstock)

On a beaucoup parlé de l’explosion des cas dans la région de la Capitale-Nationale, mais pour sa part, la Montérégie a également connu une hausse importante du nombre de personnes infectées. Selon les données de la Direction de la santé publique de la Montérégie (DSPM), on a recensé 1 096 nouveaux cas de Covid-19 sur le territoire du 12 au 18 octobre derniers, dont 26 dans la MRC de Marguerite-D’Youville et 335 dans l’agglomération de Longueuil seulement.
Cette progression est préoccupante, car c’est plus du double par rapport à il y a quelques semaines seulement, alors qu’on comptait 494 nouveaux malades dans la région pour la période du 21 au 27 septembre.
Les données de la DSPM en date du 20 octobre indiquent que l’on a dénombré 245 cas à Sainte-Julie depuis le début de la pandémie; 151 à Varennes; 109 à Saint-Amable; 41 à Contrecœur; 37 à Verchères, alors qu’il n’y aurait que deux cas dans la municipalité de Calixa-Lavallée. Depuis mars dernier, il y aurait eu au total 3 661 cas dans l’agglomération de Longueuil, 463 à Boucherville et 153 à Saint-Bruno.
En ce qui concerne les écoles du Centre de services scolaire des Patriotes (CSSP) en date du 18 octobre, un total de 22 groupes d’élèves ont été fermés en raison de cas confirmés, et ce, par mesure préventive pour limiter la transmission de la COVID-19. Malgré cette situation, les 69 établissements scolaires du CSSP sont demeurés ouverts.
Ces fermetures de groupes se retrouvaient dans les écoles au Cœur-des-Monts à Beloeil, au Fil-de-l’Eau (pavillon Desrochers) à Saint-Hilaire, de l’Odysée à Saint-Amable, à l’école secondaire de Mortagne à Boucherville et l’école d’éducation internationale de McMasterville, J.-P. Labarre à Varennes, le Carrefour à Varennes, Le Tournesol à Beloeil et l’école orientante l’Impact à Boucherville.
En ce qui concerne les établissement d’enseignements privés, des cas ont été déclarés aux collèges Durocher à Saint-Lambert, Bourget à Rigaud, Charles-Lemoyne à Longueuil et à Sainte-Catherine, au Collège Français – annexe de Montréal et au campus de Longueuil, Héritage à Châteauguay, Jean de la Mennais à La Prairie et Saint-Hilaire.





Oui à l’Halloween à certaines conditions…


Trois conditions doivent être respectées: les enfants – et leurs parents, pour les plus jeunes – devront circuler uniquement en compagnie des membres de leur maisonnée ; dans la mesure du possible, les enfants devront récolter les bonbons et friandises placés à un endroit situé à 2 mètres des occupants de la maison visitée ; en aucun cas les enfants ne devront entrer dans des maisons.
Ces trois conditions sont les principales, mais d’autres devront être suivies lors de la collecte. Notons que les personnes qui présentent des symptômes de la COVID-19 ou qui sont en isolement ne doivent pas participer ; le circuit de collecte de bonbons devra se limiter au quartier entourant le domicile des participants.
Les municipalités sont invitées à assurer la fluidité de la circulation sur les trottoirs, par exemple en indiquant le sens de la circulation ; les personnes devront toujours respecter la distance de 2 mètres avec les autres, porter un couvre-visage et s’abstenir de chanter ou de crier devant les personnes chez qui elles se rendent ; le lavage des mains est recommandé avant le départ et au retour à la maison.
Le premier ministre a été catégorique, il n’est pas question de faire des « partys » ou des rassemblements privés d’Halloween. Cette année, l’Halloween est réservée aux enfants qui vont de porte en porte. Le Dr Horacio Arruda a indiqué que les risques associés à l’Halloween sont considérés comme faibles, en raison du fait que les enfants circulent à l’extérieur, et ce, pendant une période relativement courte, allant d’une à trois heures. Il est à noter que le risque le plus important quant à l’Halloween demeure la déclinaison de cette fête pour les adultes, dans le cadre de rassemblements souvent privés et impliquant la consommation d’alcool. Le Dr Arruda a rappelé que les rassemblements font déjà l’objet d’une interdiction dans les régions au niveau d’alerte maximale (rouge), alors qu’ils doivent se limiter à 6 personnes dans les régions au palier d’alerte orange et à 10 personnes dans les régions en préalerte (jaune). (Source : MSSS)

Partager cet article