Au moins 27 cas de COVID-19 au camp de jour des Ateliers Charlot L’Escargot

Par Steve Martin
Au moins 27 cas de COVID-19 au camp de jour des Ateliers Charlot L’Escargot
(Photo : Ateliers Charlot l'Escargot)

Selon la Direction de santé publique (DSP) de la Montérégie, au moins 27 enfants et membres du personnel qui ont participé au camp de jour des Ateliers Charlot l’escargot de Boucherville à la mi-juillet auraient reçu un résultat positif après avoir passé un test de dépistage de la COVID-19.

L’éclosion aurait débuté le 20 juillet et depuis, la DSP de la Montérégie assure de suivre la situation de près. «Toutes les personnes identifiées comme étant potentiellement à risque ont été invitées à subir un test de dépistage, a précisé la directrice, la Dre Julie Loslier. La santé publique a communiqué avec les parents et le personnel afin de les informer des mesures à prendre. »

Dans une lettre envoyée aux parents et aux personnes dont le nom figurait sur la liste de diffusion du camp, les responsables du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Montérégie-Centre ont par ailleurs indiqué qu’il pourrait y avoir encore plus de transmissions par des porteurs asymptomatiques.

Selon le compte rendu d’une réunion tenue le 26 juillet entre les intervenants de la santé publique et les parents des enfants, les probabilités d’avoir été exposé de façon significative à une personne contagieuse sont en effet élevées pour tous ceux ayant fréquenté le camp entre le 13 et le 21 juillet.

Par conséquent, ces derniers doivent aujourd’hui demeurer isolés pour une période d’un minimum de 14 jours. Le tout, suivant la date de leur dernière participation à des activités aux Ateliers Charlot L’Escargot.

Clinique de dépistage

Les activités du camp de jour ont donc été interrompues, et ce, jusqu’au 7 août inclusivement. Une clinique de dépistage a par ailleurs été mise en place pour les enfants présents au camp à la mi-juillet. Les personnes concernées par l’avis peuvent composer le 811 ou le 1 877 644-4545 afin d’obtenir plus d’informations.

La semaine dernière, les autorités sanitaires ont annoncé que des cas avaient été découverts dans cinq camps en Montérégie. Un de ces camps étant situé à Sainte-Catherine et un autre, à Mont-Saint-Hilaire.

« Je suis très perturbée par cette pandémie que personne ne contrôle, a alors affirmé Annie Montour, propriétaire des Ateliers Charlot l’escargot dans un courriel adressé à La Presse. Toute mon équipe et moi travaillons sans relâche afin de maintenir un milieu amusant, stimulant, respectueux, sain et sécuritaire. »

De son côté, le Dr Mathieu Lanthier-Veilleux de la Direction régionale de santé publique s’est fait rassurant. Il a rappelé que ces camps faisaient partie d’une minorité et que les enfants évoluent bien généralement avec la COVID-19.

Le Dr Lanthier-Veilleux a par ailleurs invité les jeunes personnes à redoubler de prudence. En appliquant notamment à la lettre les mesures de prévention mises en place afin de limiter la propagation.

« On assiste en Montérégie à une diminution de l’âge des personnes contaminées par le virus, a rappelé ce dernier. La moyenne d’âge est d’une vingtaine d’années. Ce sont de jeunes travailleurs qui font des rassemblements privés ou qui ont tendance à sortir ».

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article