acheter local

Les brèves de La Relève: une enquête publique sur les décès survenus dans les milieux pour aînés

Photo de Daniel Bastin
Par Daniel Bastin
Les brèves de La Relève: une enquête publique sur les décès survenus dans les milieux pour aînés
La coroner en chef du Québec, Me Pascale Descary, a ordonné la tenue d'une vaste enquête publique sur certains décès survenus au cours de la pandémie de COVID-19 dans des CHLSD, des résidences privées pour aînés et d'autres milieux d'hébergement pour personnes vulnérables ou en perte d'autonomie.

La coroner en chef du Québec, Me Pascale Descary, a ordonné la tenue d’une vaste enquête publique sur certains décès survenus au cours de la pandémie de COVID-19 dans des CHLSD, des résidences privées pour aînés et d’autres milieux d’hébergement pour personnes vulnérables ou en perte d’autonomie. Ce processus entièrement public permettra à la population québécoise d’être informée des faits soulevés lors des audiences et de suivre la réflexion sur cet important enjeu de société. C’est la coroner et avocate Géhane Kamel qui a été désignée pour présider cette enquête. Compte tenu de la complexité du sujet et du nombre important de décès, un coroner ayant une formation médicale, Dr Jacques Ramsay, sera nommé pour assister et éclairer Me Kamel tout au long du processus. Il est important de rappeler que les coroners interviennent dans les cas de décès violents, obscurs ou qui pourraient être liés à de la négligence. Les décès survenus hors de ces balises, dont ceux qui découlent uniquement d’une infection au coronavirus, ne sont pas investigués par les coroners. Ainsi, pour être analysés dans le cadre de l’enquête, les décès sélectionnés devront répondre aux critères suivants: le décès est survenu alors que la personne résidait dans un CHSLD, une résidence privée pour aînés ou un milieu d’hébergement pour personnes vulnérables ou en perte d’autonomie; le décès est survenu au cours de la période du 12 mars au 1er mai 2020; le décès a fait l’objet d’un avis au coroner en raison de son caractère violent, obscur ou parce qu’il est possiblement lié à de la négligence.


Les Forces armées canadiennes à Saint-Hyacinthe

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Montérégie-Est a annoncé que, dans le contexte exceptionnel de la pandémie de la COVID-19, des membres des Forces armées canadiennes ont été déployées à partir du 13 juin, au Centre d’hébergement de l’Hôtel-Dieu-de-Saint-Hyacinthe pour prêter main-forte au personnel du CISSS. Plus d’une douzaine de militaires seront sur place, au moins pour les deux prochaines semaines, afin d’accomplir principalement des tâches d’infirmier, de préposé aux bénéficiaires et d’aide de service sur les quarts de travail de soir et de nuit, et ce, sur les différentes unités. Le CISSS de la Montérégie-Est a décidé de faire appel aux Forces armées canadiennes dans le contexte où le manque de ressources se fait sentir à cette période de l’année et où la reprise des activités dans les autres secteurs de l’organisation prend lentement forme. Les militaires travailleront donc de concert avec les équipes déjà en place pour poursuivre l’offre de soins aux résidents.


Un appareil IRM à l’Hôtel-Dieu de Sorel

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Montérégie-Est se réjouit de l’annonce de la ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec d’autoriser l’acquisition d’un appareil d’imagerie par résonance magnétique (IRM) à l’Hôtel-Dieu de Sorel. Cet appareil permettra de continuer à augmenter les soins et services de proximité pour la population du Réseau local de services Pierre-De Saurel en plus de contribuer à la précision des diagnostics lors des investigations. L’ajout de cet équipement médical spécialisé favorisera par ailleurs le recrutement médical autant en médecine spécialisée qu’en médecine de famille. Selon les estimations, l’appareil d’IRM permettra de faire 3 150 examens la première année, 3 465 la deuxième année et 3 812 la troisième année suivant son acquisition. Les prochaines étapes du projet seront la construction de l’agrandissement de l’hôpital qui abritera l’IRM, son achat et son installation à l’Hôtel-Dieu de Sorel. Ce processus peut dès maintenant aller de l’avant.


La Régie de police fin à un réseau de trafic de drogues

Les policiers de la Régie intermunicipale de police Richelieu-Saint-Laurent ont procédé à une série de perquisitions sur leur territoire et à Terrebonne. Plus de 50 policiers ont été impliqués lors de l’opération avec la participation de policiers de la Sureté du Québec et de la police municipale de Terrebonne. L’enquête de plusieurs mois a permis de mettre fin à un réseau de trafic de drogues et de stupéfiants par l’arrestation de quatre individus. Les perquisitions ont permis la saisie de plusieurs centaines de grammes de cocaïne, de cannabis et de haschich, plusieurs centaines de comprimés de speed et de kétamine, une arme de calibre 12, quatre imitations d’armes, une arme prohibée (poing américain), quinze cellulaires, trois véhicules comme bien infractionnel et plus de 63 000$ en argent. Les quatre individus ont comparu téléphoniquement le 11 juin en après-midi dans le district judiciaire de Saint-Hyacinthe.

Partager cet article