acheter local

Baisse des réserves: Héma-Québec lance un appel aux Montérégiens

par Steve Martin de l'Initiative de journalisme local
Baisse des réserves: Héma-Québec lance un appel aux Montérégiens
Depuis notre entrevue avec Hélène Laprade d'Héma-Québec le déclin s'est poursuivi, si bien que nous ne sommes aujourd'hui qu'à 6,3 jours de réserves à moins d'un mois du long congé de la Saint-Jean-Baptiste.  (Photo : Shutterstock)

Après avoir reçu de nombreux dons en début de pandémie, la situation a bien changé pour Héma-Québec. L’organisme espère d’ailleurs faire le plein lors de ses prochaines collectes dans la région afin d’éviter une pénurie durant la période estivale.

« Je vais être honnête avec vous, admet Hélène Laprade, conseillère en organisation de collectes de sang auprès de l’organisme. Nous sommes inquiets. Il y a eu un grand boom au début, après l’appel lancé par notre premier ministre François Legault. Les gens ont vraiment répondu en grand nombre. Nous devons, pour nos besoins, produire 1 000 sacs de sang par jour et à un certain moment, nous avions des réserves pour 16 jours, ce qui ne s’était jamais vu. »

Il faut cependant rappeler qu’à l’époque, plusieurs opérations avaient été reportées dans les hôpitaux. Les automobilistes étaient par ailleurs beaucoup moins présents sur les routes, ce qui a réduit temporairement le nombre d’accident et, par le fait même, la demande en hémoglobine.

Suite à cet élan populaire cependant,  les réserves ont fondu et cette chute arrive à un mauvais moment. Les donneurs étant moins disponibles pour les collectes durant les vacances estivales, l’organisation tente de garder durant cette période plus précaire l’équivalent de 10 jours de réserves. Alors que le mois de juin approche à grands pas, ces dernières n’étaient plus, au moment de notre discussion avec Mme Laprade, qu’à 75% de l’objectif.

Depuis, le déclin s’est poursuivi, si bien que nous ne sommes aujourd’hui qu’à 6,3 jours de réserves à moins d’un mois du long congé de la Saint-Jean-Baptiste.

Des cliniques plus difficiles à organiser

Autre problème auquel doivent faire face les organisateurs: la difficulté d’organiser des collectes en respectant des mesures qui éloignent certains donneurs potentiels.

« C’est un très gros défi, car actuellement, nous ne pouvons aller dans les centres d’achat pour faire nos collectes, nous dit Hélène Laprade. Il nous faut des locaux assez grands pour respecter la distanciation sociale. Il nous faut également un endroit climatisé, car avec le port du masque, certaines personnes risquent d’avoir très chaud. »

Si la conseillère affirme que des villes comme Contrecoeur et Verchères ont mis à la disposition d’Héma-Québec des installations respectant toutes les conditions pour mener à bien les collectes, d’autres secteurs pourraient s’avérer plus problématiques.

« Comme il est plus difficile de prévoir les besoins en temps de pandémie, notre stratégie c’est de retourner à certains endroits au mois. Avant la pandémie, les hommes pouvaient donner au 58 jours et les femmes aux 84 jours. Présentement, les hommes peuvent redonner aux 28 jours et les femmes aux 56 jours. »

Rappelons qu’en raison de la pandémie, les collectes fonctionnent sur rendez-vous, ce qui explique en partie la plus faible participation des dernières semaines. « Si nous organisons une clinique sans rendez-vous, nous allons avoir 100 donneurs alors qu’avec rendez-vous, nous pouvons en recevoir 50. On perd 50% des donneurs, mais nous n’avons pas le choix. Nous espérons que, dans les prochaines semaines, les gens de la région vont continuer de répondre et d’être super généreux. »

Des collectes se tiendront prochainement à Sainte-Julie le lundi 1er et le mardi 2 juin; à Varennes le mardi 9 juin et à Boucherville le lundi et le mardi 22 et 23 juin. Pour plus d’informations sur les collectes à venir, consultez le site : www.hema-quebec.qc.ca

Pour prendre un rendez-vous: 1-800-343-7264

Partager cet article