acheter local

Des alcooliques en détresse

Par Steve Martin
Des alcooliques en détresse
«Notre problème c’est de joindre les gens en raison de l’anonymat, rappelle Lucien J. Ils ne sont pas tous au courant qu’il y a quand même des meetings.» (Photo : Shutterstock)

Si certains se sont adaptés rapidement à la réalité que nous connaissons depuis quelques semaines, pour les personnes souffrant de dépendances, l’isolement imposé est venu avec son lot de difficultés et d’angoisses. Heureusement, malgré les contraintes actuelles, les Alcooliques Anonymes sont toujours à leur écoute.

« Quand la COVID-19 est arrivée au mois de mars, ç’a été un peu la panique parce que nous nous sommes retrouvés privés de la possibilité de nous rencontrer. C’est la base chez les AA, deux individus qui se rencontrent et qui partagent leurs expériences, leurs forces, leurs espoirs… », explique Lucien J., coordonnateur de l’information de la région sud-ouest du Québec chez les Alcooliques Anonymes.

Bien que la technologie permette aujourd’hui de réunir différents intervenants le temps d’une discussion sur Zoom, l’anonymat promis à ceux qui font appel aux AA a rendu le problème de la distanciation un peu plus difficile à contourner.

« On se rend compte qu’il y a beaucoup de détresse, admet Lucien qui venait d’animer une rencontre par téléphone au moment de notre discussion. Et notre problème c’est de joindre les gens en raison de l’anonymat. Ils ne sont pas tous au courant qu’il y a quand même des meetings. Quelqu’un nous a encore dit tout à l’heure : « J’ai appris hier que ça existait. Vous m’avez sauvé la vie!  » »

Une bouée de sauvetage

Parmi les principales inquiétudes exprimées par ses membres, la crainte de céder à l’appel de la bouteille arrive en haut de liste. Une conséquence attribuable à la solitude et à la rupture de la routine sociale à laquelle ils étaient habitués.

« Quelques personnes m’ont confié qu’ils commençaient à regarder le chemin qui mène au dépanneur et qu’ils commençaient à penser à acheter de la bière. »

À l’inverse, la conséquence heureuse de la pandémie est qu’aujourd’hui, plusieurs alcooliques solidaires se sont offerts afin d’être à l’écoute de leurs confrères et consœurs ayant besoin d’être écoutés.

« Ils sont tellement dans la reconnaissance. Pour eux, c’est comme une bouée de sauvetage. Certains ont l’habitude d’assister à plusieurs meetings par semaine alors ça laisse tout un vide. Ils se sont retrouvés du jour au lendemain privés de contact, de chaleur humaine. Il ne faut pas oublier que les AA, ce sont des personnes très chaleureuses et aimantes », de conclure Lucien J.

(Encadrer)

Pour joindre les Alcooliques Anonymes, composez le 514 376-9230 ou encore le 450-670-9480. Pour plus d’informations, vous pouvez également visiter le : aa87.org

Partager cet article