Le Club St-Luc : 40 années au service des aînés de Verchères et Calixa-Lavallée

Photo de Steve Martin de l'Initiative de journalisme local
Par Steve Martin de l'Initiative de journalisme local
Le Club St-Luc : 40 années au service des aînés de Verchères et Calixa-Lavallée
En 2019, Pierre Dépatie a reçu le titre de bénévole de l’année à Verchères dans le cadre de la Semaine des bénévoles. Nous le voyons ici entouré du maire de la municipalité, Alexandre Bélisle, à sa droite et d’Isabelle Boisseau, coordonnatrice Loisir-Culture-Tourisme, à sa gauche.. (photo: courtoisie)

Au cours des quatre dernières décennies, les bénévoles du Club St-Luc ont offert temps et énergie afin d’assister les personnes âgées de la région. Que ce soit en mettant de l’équipement nécessaire à leur disposition ou en les accompagnant à bord de leur minibus lors de rendez-vous médicaux, ces âmes charitables ont contribué à leur façon à aider les aînés dans les moments où ils en ont le plus besoin.

« L’an dernier, nous avons effectué 753 transports, explique Pierre Dépatie, président du club depuis 2012. La grande majorité pour des gens qui avaient des rendez-vous en chimiothérapie et en radiothérapie. »

Plus qu’un service de transport, les bénévoles qui œuvrent auprès de l’organisme accompagnent les personnes âgées à leurs rendez-vous, du départ jusqu’au retour et demeurent à leurs côtés durant les longues heures d’attente dans les couloirs des centres hospitaliers.

« Si une personne doit se rendre en cardiologie ou peu importe le département, nous ne nous contentons pas de la débarquer devant la porte et d’attendre qu’elle nous rappelle pour que nous allions la chercher. Nous sommes avec elle et nous attendons en sa compagnie jusqu’à ce qu’elle sorte de son rendez-vous et que nous l’ayons raccompagnée à son domicile. »

La renaissance après la tragédie

Résident de Verchères depuis 1974, M. Dépatie a lui-même commencé à s’impliquer auprès de l’organisme d’abord comme consultant en 1993 dans les mois suivant la mort du fondateur Fernand Berthiaume. Ce dernier est décédé lors du tragique accident survenu à Lac-Bouchette et qui a coûté la vie à 19 personnes, la plupart des aînés de la région de Verchères.

« Après l’accident, il n’y avait plus personne au club, se souvient celui a fait sa carrière dans le milieu bancaire. C’est Rodolphe Larose qui m’a appelé. Il m’a dit qu’il avait besoin de mon expertise au conseil d’administration et tout ça. Comme tout le monde à l’époque, je travaillais cinq jours semaine, mais j’allais aux réunions. »

Malheureusement, alors que l’organisme devrait célébrer ses quatre décennies d’activités, ses services ont été suspendus en raison de la pandémie. Seul demeure actif le service de prêt d’équipement, mais seulement dans les cas d’urgence, et ce, afin de protéger ses précieux bénévoles.

« Aujourd’hui, si une personne a besoin d’un fauteuil roulant, nous allons prendre rendez-vous avec elle, explique celui qui a reçu l’an dernier le titre de bénévole de l’année à Verchères pour ses 25 années et plus de dévouement. Les gens n’entrent plus dans notre local, alors on leur remet l’équipement à l’extérieur et ils repartent avec ce dont ils ont besoin. »

Sans discrimination

Malgré ce temps d’arrêt involontaire, le président du Club St-Luc espère avoir l’opportunité de célébrer l’anniversaire de cet organisme qu’il a vu prendre de l’expansion au fil des ans.

« Quand je suis arrivé, nous étions neuf. Aujourd’hui, nous sommes 27 alors il y a beaucoup de gens qui font du bénévolat et qui ont à cœur l’intérêt du club. Ce que je nous souhaite pour l’avenir, c’est de continuer d’avoir le financement nécessaire afin que nous puissions continuer d’offrir nos services. »

Dépatie se fait par ailleurs une fierté de dire qu’après tout ce temps, les services aux personnes dans le besoin sont offerts gratuitement, sans discrimination, que vous soyez fortuné ou sans le sou.

« Que tu sois riche ou pauvre, si tu as besoin d’un service, nous allons te le rendre. Même un monsieur ou une dame ayant les moyens peut avoir besoin de quelqu’un pour le raccompagner après une opération aux yeux par exemple. Alors quand c’est terminé, on te ramène chez toi. On est là pour ça. »

Partager cet article