acheter local

Un contrat de plus de 17 M$ accordé sans soumission pour le traitement des matières recyclables

Photo de Diane Lapointe
Par Diane Lapointe
Un contrat de plus de 17 M$ accordé sans soumission pour le traitement des matières recyclables
Le centre de tri de Saint-Hubert, fermé depuis l’automne dernier, pourra reprendre ses activités et traiter les matières recyclables de l’ensemble des villes de l’agglomération.

Le centre de tri des matières recyclables de Saint-Hubert rouvre
Le conseil d’agglomération de Longueuil a accordé un contrat de gré à gré de 17 734 222$ à GFL Environnemental Inc. pour le traitement des matières recyclables. L’entente qui est conditionnelle à l’approbation du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation permettra la réouverture du centre de tri des matières recyclables à Saint-Hubert.
Afin d’assurer le maintien de ce service considéré essentiel, et compte tenu de l’urgence de la situation, le conseil d’agglomération a eu recours à un article de la Loi sur les cités et villes qui lui permet d’octroyer un contrat sans demander de soumissions.
Rappelons qu’en novembre dernier, Papiers MD a cessé ses activités au centre de tri des matières recyclables de Saint-Hubert. Depuis ce temps, les matières des cinq villes étaient acheminées vers les centres de tri de Châteauguay et de Montréal, ce qui entrainait des coûts supplémentaires de transport.
Le contrat qui doit entrer en vigueur au début du mois est pour une période de trois ans. Il comprend trois options de renouvellement d’un an, pour une durée potentielle de six ans, et pour un montant de 36 553 920 $.
Retour sur la crise
Le contrat liant l’agglomération de Longueuil à la compagnie de recyclage de papiers MD devait se terminer en avril 2021. L’entreprise avait reçu il y a un an une compensation financière de 4,2 M$ de l’agglomération de Longueuil afin d’éviter la fermeture du centre de tri de Saint-Hubert, dans la foulée de la crise du recyclage et de la chute du prix des matières recyclables sur le marché.
Malgré cette compensation financière, l’entreprise a cessé ses opérations et forcé la déviation des matières recyclables vers plusieurs secteurs.
Au début février, la Ville de Longueuil a appris que le groupe RSC auquel appartiennent la compagnie de recyclage de papiers MD et Col Sel Transit s’était placé sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies et que PricewaterhouseCoopers Inc. avait été nommé contrôleur du Groupe RSC.
Pour éviter la rupture de service et l’enfouissement des matières recyclables, plusieurs options ont été analysées. La réouverture du centre de tri de Saint-Hubert est apparue nécessaire puisque ce site est le seul en mesure de prendre le volume de matières recyclables de l’agglomération de Longueuil. Pour permettre la réouverture du site en vue d’y traiter les matières recyclables, l’agglomération devait conclure un contrat avec GFL Environnemental Inc., propriétaire du site. GFL est une multinationale possédant plusieurs centres de tri au Canada et aux États-Unis.

Partager cet article