Une médaille d’or au relais 5 000 m pour Charles Hamelin aux Pays-Bas

Photo de Daniel Bastin
Par Daniel Bastin
Une médaille d’or au relais 5 000 m pour Charles Hamelin aux Pays-Bas
La formation composée du Julievillois Charles Hamelin et de Pascal Dion, Steven Dubois ainsi que Jordan Pierre-Gilles a disputé une finale des plus excitantes contre les favoris de la foule, l’équipe locale néerlandaise. (Photo : ISU)

L’équipe canadienne de relais masculin 5 000 m en patinage de vitesse sur courte piste n’a pas connu cette année une saison des plus satisfaisantes, mais elle a terminé de très belle façon lors de la dernière Coupe du monde qui se déroulait à Dordrecht, aux Pays-Bas.
La formation composée du Julievillois Charles Hamelin et de Pascal Dion, Steven Dubois ainsi que Jordan Pierre-Gilles a disputé une finale des plus excitantes contre les favoris de la foule, l’équipe locale néerlandaise, qu’ils ont devancée au dernier tour par seulement trois centièmes de seconde. Pour leur part, les représentants de la Chine ont pris la troisième position, alors que leurs éternels rivaux, les Sud-Coréens, ont été pénalisés.
Cette victoire arrive à point car l’équipe nationale masculine n’a pas connu une saison 2019-2020 à la hauteur des attentes puisque, depuis l’obtention de sa médaille de bronze à la toute première compétition de la campagne 2019-2020 à Salt Lake City, les Canadiens n’avaient pas participé à une seule finale A ou B au relais 5 000 m dans le circuit des Coupes du monde. Rappelons d’ailleurs à ce sujet qu’après avoir été pénalisés à Montréal et à Nagoya, les représentants de l’unifolié avaient été stoppés en quarts de finale à Shanghai et à Dresde.
« C’est une victoire qui fait vraiment du bien! On avait eu un bon résultat aux Quatre continents (NDLR : une médaille d’argent) et on savait qu’on était fort et qu’on pouvait bien faire. Il y avait juste toujours des imprévus en Coupe du monde », a déclaré Steven Dubois à l’agence Sportcom.
« C’était fou! C’est vraiment une grosse équipe, les Pays-Bas, et ça été une course difficile. Quand ils ont mis » Thunderstruck « , la foule criait et l’ambiance était malade, alors la pression a monté un peu. On a tellement bien géré notre énergie qu’on a quand même réussi à aller chercher la victoire! », d’ajouter le Québécois.
L’enjeu était de taille pour l’équipe nationale car une autre contre-performance à cette épreuve aurait pu priver le Canada d’une place aux mondiaux, ce qui aurait eu un effet dévastateur. « On a bien travaillé ensemble toute la fin de semaine. C’est super de gagner l’or à la dernière Coupe du monde, ça ne pouvait pas mieux se passer », a conclu Steven Dubois.

Partager cet article