acheter local

673 100 $ afin de soutenir les proches aidants dans la région

Photo de Daniel Bastin
Par Daniel Bastin
673 100 $ afin de soutenir les proches aidants dans la région
Québec, le quart de la population de 15 ans et plus, soit environ 1 675 000 personnes, est un proche aidant. (Photo : Shutterstock)

On parle souvent de l’importance des proches aidants dans notre société et avec raison car le quart de la population de 15 ans et plus, soit environ 1 675 000 personnes, est un proche aidant au Québec et les ressources à leur disposition sont malheureusement limitées… Toutefois, un montant de 10 M$ sera bientôt investi afin d’augmenter les services offerts directement aux proches aidants de partout à travers la province, dont 673 100 $ pour le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) Montérégie-Est, qui a la responsabilité de notre territoire.
À l’échelle de la Montérégie, c’est un montant de 1 697 300 $ qui sera injecté afin de bonifier les services offerts directement aux proches aidants. Cette somme sera répartie de la façon suivante, soit 673 100 $ pour le CISSS de la Montérégie-Est, 472 700 $ au CISSS de la Montérégie-Centre et 551 500 $ pour le CISSS de la Montérégie-Ouest.
Lors de l’annonce, le ministre responsable de la région, Christian Dubé, a rappelé que, bien qu’il puisse être très valorisant et gratifiant d’apporter de l’aide à un proche, certaines situations peuvent engendrer des difficultés de santé physique et générer de la détresse chez les proches aidants.
Il a ajouté que les sommes seront réparties et versées à travers tous les établissements de santé et de services sociaux du Québec. Elles permettront la bonification des services de répit, de soutien psychosocial, de présence-surveillance, d’information, de formation, de dépannage et plus encore. Par le biais de cet investissement, le gouvernement actuel aide à renforcer l’accès, la qualité, la fluidité et la pertinence des services offerts à tous les proches aidants, que ce soit auprès des personnes âgées ou des personnes ayant un trouble de santé mentale, une déficience physique, une déficience intellectuelle, un trouble du spectre de l’autisme, etc.
« Cet investissement supplémentaire de 10 M$ s’inscrit en cohérence avec les travaux qui sont en cours afin d’élaborer la première Politique nationale pour les proches aidants de l’histoire du Québec », a fait savoir pour sa part la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais.
Rappelons en terminant que cette politique sera publiée au printemps 2020 et qu’elle sera suivie d’un plan d’action interministériel comprenant des mesures concrètes et diversifiées permettant d’assurer une réponse adaptée aux besoins des proches aidants.

Dix symptômes du stress et de l’épuisement chez les proches aidants
• Fatigue de plus en plus grande
C’est plutôt normal, vu les circonstances, mais il ne faut pas négliger ce signal pour autant!
• Impatience, irritabilité; la personne passe de la colère à la tristesse en un moment
On peut se sentir dépassé à force de subir la fatigue autant émotionnelle que physique. Émotivement, la personne peut avoir des réactions inhabituelles ou imprévues.
• Perte graduelle de contact avec les amis et la famille
Tout le monde a besoin d’une pause à l’occasion. Un repas avec des amis peut parfois donner une dose d’énergie positive. Toutefois, les proches aidants s’en privent souvent, que ce soit par culpabilité ou par manque de ressources.
• Perte d’intérêt pour des activités que la personne aimait auparavant
« Je ne la reconnais plus », disons-nous parfois au sujet d’une personne de notre entourage. Notre amie aimait faire des marches, jouer aux cartes ou bien elle nous parlait souvent de ses lectures. Si une personne cesse une activité qu’elle aimait faire, il y a lieu de se poser des questions.
• Affaiblissement du système immunitaire
Si la personne est de plus en plus souvent malade, attrape tous les rhumes, etc., son corps essaie de lui passer un message : c’est le temps de prendre du repos! Il faut écouter ces signaux.
• Tristesse fréquente
Chacun peut avoir les bleus de temps à autre, mais plus c’est fréquent, plus c’est un état dont on doit tenir compte.
• Changements dans l’appétit ou le poids
Tout comme les troubles du sommeil ci-dessous, voilà un signe commun et fréquent d’épuisement et même de dépression. Ce sont des aspects de la vie dans lesquels, si on observe un changement important, il faut s’interroger.
• Troubles du sommeil
La personne a du mal à dormir? Au contraire, elle dort beaucoup et a de la difficulté à s’arracher du lit le matin? Ce sont des transformations à ne pas négliger!
• Envie de tout laisser tomber
Le découragement est une émotion bien naturelle, et il peut signifier que l’épuisement est proche.
• Diminution importante de l’activité physique
C’est un classique. On sait qu’on devrait faire de l’exercice, on n’a pas le temps, on remet cela à plus tard… La tâche d’un proche aidant est comme un marathon : oui, c’est difficile physiquement. Un peu d’exercice change le mal de place et aide à faire diminuer le stress. Il s’agit de trouver le temps.

Partager cet article