Agab Rembourser votre achat

La pénurie d’infirmiers et de préposés pourrait retarder l’ouverture de la Maison Gilles-Carle

Photo de Diane Lapointe
Par Diane Lapointe
La pénurie d’infirmiers et de préposés pourrait retarder l’ouverture de la Maison Gilles-Carle
Les conseillers municipaux Raouf Absi et Anne Barabé, Louise Godin, administratrice à la Maison Gilles-Carle Boucherville (MGCB), le maire Jean Martel, du conseil d’administration de la MGCB, Réginald Barbe, président, les administrateurs Claude-André Bonin, Chantal Denis, Roger Migneault. Deuxième rangée, Benoit Létourneau, directeur général, Isabelle Bleau, conseillère municipale, et Normand Caty, administrateur à la MGCB.

L’ouverture de la Maison Gilles-Carles à Boucherville pourrait être retardée en raison de la difficulté à recruter du personnel de soins de santé.
L’organisme fait en effet face à un manque criant de candidatures pour les postes d’infirmiers auxiliaires et de préposés aux bénéficiaires, a indiqué le président du conseil d’administration de la Maison Gilles-Carle Boucherville, Réginald Barbe. Il lance même un appel aux retraités qui désirent s’investir dans la communauté bouchervilloise en leur faisant miroiter de bonnes conditions de travail telles que des horaires flexibles et des salaires concurrentiels.
Prévue pour novembre, l’ouverture de la maison pourrait être repoussée au mois de décembre. La ressource qui doit offrir, dans un premier temps, 10 chambres doit compter sur environ 20 employés pour assurer les soins aux personnes hébergées. À terme, la maison devrait disposer de 21 chambres et de 35 employés, particulièrement des infirmiers auxiliaires et des préposés aux bénéficiaires, a expliqué au journal le directeur général Benoit Létourneau. « Nous sommes tributaires de la main-d’œuvre. Nous pourrions commencer à ouvrir cinq jours par semaine, dépendamment du nombre de personnes embauchées, et ensuite passer à sept. Nous n’avons pas de difficulté à recruter des éducateurs spécialisés et des intervenants psychosociaux, mais pour la couverture des soins les soirs, les nuits et les fins de semaine, c’est plus compliqué.»
Aussi, plusieurs bénévoles sont également recherchés pour soutenir différentes sphères d’activité de l’organisation.
Aide financière de 50 000 $
Par ailleurs, la Ville de Boucherville a accordé une aide financière de 50 000 $ à la Maison Gilles-Carle Boucherville. Cette subvention qui s’inscrit dans le cadre de sa politique d’appui aux organismes contribuera à l’aménagement des locaux situés au second étage du Havre de la Providence, sur la rue des Seigneurs.
La Ville s’implique dans ce projet depuis la première campagne de financement lancée en décembre 2017.
La Maison hébergera pour des séjours moyens d’une semaine des gens en perte d’autonomie afin d’offrir du répit à leurs proches aidants. Elle desservira prioritairement les aidants de Boucherville dans l’objectif de leur permettre de demeurer à domicile avec la personne aimée le plus longtemps possible.
Renseignements : info.mgcb@gmail.com, 438 523-1758.

Partager cet article