Agab Rembourser votre achat

Élections fédérales: une lutte intéressante à prévoir dans la circonscription de Montarville

Photo de Daniel Bastin
Par Daniel Bastin
Élections fédérales: une lutte intéressante à prévoir dans la circonscription de Montarville
(Photo : iStock)
Michel Picard, Parti libéral du Canada.
Stéphane Bergeron, Bloc québécois.
Djaouida Sellah, Nouveau Parti démocratique.
Julie Sauvageau, Parti conservateur.
Jean-Charles Pelland, Parti vert du Canada.
Julie Lavallée, Parti populaire du Canada

Le vote des Québécois sera déterminant lors des élections fédérales qui ont été déclenchées la semaine dernière et il y a fort à parier que les différents partis rivaliseront de promesses électorales pour séduire les électeurs québécois. Dans la circonscription de Montarville, qui comprend Sainte-Julie, ainsi que Saint-Bruno, Saint-Basile-le-Grand et une partie de la ville de Longueuil, six candidats sont en lice au moment d’écrire ces lignes. Voici une courte présentation de chacun.
Michel Picard, Parti libéral du Canada
Le député sortant de Montarville, Michel Picard, a déposé en 2019 à la Chambre des communes deux projets de loi, fruit de plus de 20 ans de recherche, d’enseignement et d’analyse sur la lutte au crime financier. Le premier projet de loi modifiera la Loi sur la protection des fonctionnaires divulgateurs d’actes répréhensibles; et le deuxième, la Loi sur la concurrence, le Code criminel et la Loi sur les enquêtes. M. Picard veut amener un changement de culture au sein de la fonction publique quand vient le temps de divulguer des actes répréhensibles. Son objectif ultime est qu’une loi similaire puisse être implantée dans le secteur privé.
Stéphane Bergeron, Bloc québécois
Pour monsieur Bergeron, il s’agit d’un retour sur la scène fédérale, puisqu’avant de siéger à l’Assemblée nationale, de 2005 à 2018, il a été député fédéral de Verchères, puis de Verchères‒Les Patriotes, de 1993 à 2005, sous la bannière du Bloc québécois. Il a par la suite succédé à Bernard Landry comme député de Verchères à l’Assemblée nationale de 2005 à 2018 avec le Parti québécois. Le candidat a occupé de nombreuses fonctions durant sa longue carrière politique, notamment ministre de la Sécurité publique et leader parlementaire à Québec ainsi que whip dans les deux parlements. M. Bergeron est notamment chevalier de l’Ordre de la Pléiade.
Djaouida Sellah, NPD
Djaouida Sellah a représenté une partie du comté alors que celui-ci portait le nom de Saint-Bruno‒Saint-Hubert, de 2011 à 2015. À titre de députée élue sous la bannière du Nouveau Parti démocratique, elle a été nommée porte-parole adjointe de l’Opposition officielle pour la Santé, en plus de siéger au comité permanent de santé de la Chambre des communes et d’occuper la présidence du Caucus des femmes de la formation politique. La médecin de formation a également travaillé activement au sein du comité permanent de la condition féminine à Ottawa.
Julie Sauvageau, Parti conservateur
Enseignante et mère de deux enfants, Mme Sauvageau habite la Rive-Sud depuis près de 30 ans. La candidate a obtenu en 1989 un baccalauréat en sciences de l’éducation préscolaire primaire de l’Université de Montréal. Au cours de sa carrière, elle a travaillé entre autres dans plusieurs écoles primaires de Sainte-Julie. Elle s’engage à travailler pour que tous puissent bénéficier d’un système fiscal compétitif et une gestion responsable des finances publiques. Parmi les engagements du Parti conservateur, trois d’entre eux sont surtout mis de l’avant, c’est-à-dire protéger et renforcer le système de santé publique; augmenter le financement fédéral des programmes sociaux et bonifier le financement des soins de santé au Canada.
Jean-Charles Pelland, Parti vert du Canada
Jean-Charles Pelland a grandi sur la Rive-Sud de Montréal. Après des études à l’Université McGill, il a terminé son doctorat en philosophie à l’UQAM et il est maintenant boursier postdoctoral au New College of the Humanities de Londres et à l’Université McGill. Il est l’auteur de plusieurs articles publiés dans des revues et collections scientifiques. Le candidat se dit déçu par l’inaction du gouvernement en matière de protection de l’environnement. Il est convaincu que la protection de l’environnement et la prospérité économique vont de pair et qu’il est grand temps de montrer que la feuille d’érable est un symbole d’un environnement sain et prospère.
Julie Lavallée, Parti populaire du Canada
Julie Lavallée est candidate au sein de la toute nouvelle formation politique lancée récemment par le député de Beauce depuis 2006, Maxime Bernier, qui a tourné le dos au Parti conservateur du Canada l’automne dernier. Elle a travaillé dans le domaine des affaires et des communications, ce qui l’a amené à habiter et voyager un peu partout à travers le monde. Dans sa plateforme électorale, le Parti populaire du Canada veut se battre pour une politique étrangère axée sur la sécurité et la prospérité; défendre les Canadiens des régions rurales; réduire la taille du gouvernement et le décentraliser; instaurer une politique d’armes à feu équitable; mettre en place une politique canadienne en matière d’immigration visant à combler besoins économiques du pays.

Partager cet article