Marguerite D

Un antibiotique peut être prescrit pour prévenir la maladie de Lyme

Photo de Daniel Bastin
Par Daniel Bastin
Un antibiotique peut être prescrit pour prévenir la maladie de Lyme
Sainte-Julie est considéré comme un secteur à risque élevé en raison notamment de la présence des boisés et de la montagne, tout comme ses voisines, Saint-Basile-le-Grand et Saint-Bruno. (Photo : shutterstock)

On parle beaucoup dans les médias des dangers potentiels reliés aux piqures de moustiques, dont notamment celui de contracter la maladie de Lyme. Dans ce dernier cas, il faut souligner que les gens qui ont été piqués par une tique dans un secteur jugé à risque élevé ont la possibilité de consulter un pharmacien qui évaluera si un antibiotique peut leur être prescrit afin d’éviter de développer la maladie.
Rappelons à ce sujet que, depuis le 13 juillet 2018, une ordonnance collective a été émise par la direction de la santé publique Montérégie afin d’autoriser les pharmaciens de leur région à administrer un antibiotique en prévention de la maladie de Lyme, soit le prophylaxie postexposition (PPE).
Pour pouvoir recevoir cet antibiotique, Santé Montérégie précise qu’il faut que la personne ait été piquée par une tique dans un secteur de la région où les tiques sont fréquemment infectées, c’est-à-dire principalement près des forêts et des boisés, où elles se regroupent.
Le mont Saint-Bruno est l’un des lieux où l’on peut trouver des tiques infectées en nombre significatif en dehors des sentiers, ce qui fait que le territoire de la municipalité de Sainte-Julie est considéré comme un secteur à risque élevé, tout comme ses voisines, Saint-Basile-le-Grand et Saint-Bruno.
Une maladie qui se traite bien
Il faut savoir également qu’un groupe d’experts mandaté par l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) est d’avis que la prophylaxie postexposition (PPE) à base de doxycycline peut être offerte à une personne qui a été piquée par une tique dans certains secteurs de l’Estrie, de la Montérégie et de l’Outaouais, lorsque l’ensemble des critères suivants sont réunis : le délai entre le retrait d’une tique et le début de la PPE ne dépasse pas 72 heures; la tique est restée accrochée à la peau pendant 24 heures ou plus; il n’y a pas de contre-indication à la doxycycline; la personne a été piquée dans l’une des zones géographiques identifiées.
La Montérégie est une région à risque car on y retrouve le tiers des personnes atteintes par la maladie de Lyme au Québec. Toutefois, la direction de la santé publique Montérégie rappelle qu’il est important de continuer à pratiquer des activités extérieures et qu’il suffit de rester dans les sentiers, d’utiliser un chasse-moustiques et d’examiner son corps après une activité extérieure pour réduire considérablement les risques.
Aussi, il faut savoir qu’il s’agit d’une maladie qui se traite bien. Le premier signe est une rougeur sur la peau qui s’étend sur cinq centimètres ou plus. Les autres symptômes les plus courants sont de la fatigue, de la fièvre et des douleurs musculaires ou articulaires. Lorsque la maladie n’est pas traitée, elle peut causer des problèmes cardiaques, de l’arthrite ou des atteintes au système nerveux.
Pour obtenir plus d’information sur la maladie de Lyme, la population est invitée à appeler Info-Santé 8-1-1 ou à consulter le portail www.maladiedelymemonteregie.com.

Avant et pendant l’activité
L’objectif est de limiter les contacts directs avec les tiques. Il est donc recommandé de :
• Porter des vêtements qui couvrent la peau;
• Appliquer du chasse-moustiques contenant du DEET (de 20 à 30 %) ou de l’icaridine (de 10 % à 20 %) en respectant les consignes du fabricant. Les chasse-moustiques contenant d’autres ingrédients sont peu efficaces pour éloigner les tiques (plus d’info : Portail Québec Santé);
• Rester dans les sentiers aménagés et éviter les contacts avec la végétation.
Après l’activité ou en fin de journée
Comme le risque de développer la maladie de Lyme augmente lorsqu’une tique reste accrochée plus de 24 heures, il est souhaitable de la retirer rapidement advenant une piqûre.
Attention : la piqûre de tique n’est pas douloureuse. Peut-être avez-vous été piqué à votre insu?
• Examiner minutieusement tout son corps.
• Examiner le corps des enfants.
• Examiner les animaux de compagnie.
• Retirer les tiques visibles le plus rapidement possible.
• Prendre une douche ou un bain (ou baignade).
• Changer de vêtements.
• Laver les vêtements ou les placer dans la sécheuse ou au soleil.
• Même si vous n’avez pas trouvé de tique, surveillez l’apparition d’une rougeur sur la peau ou de fièvre dans les 30 jours ou d’autres symptômes inhabituels au courant de l’année suivante.
• Consultez un médecin si vous avez des symptômes.
(Mention de source : Santé Montérégie)

Partager cet article