Marguerite D

Une pétition contre la nouvelle taxe de 50 $ sur l’immatriculation récolte des milliers de signatures

Photo de Daniel Bastin
Par Daniel Bastin
Une pétition contre la nouvelle taxe de 50 $ sur l’immatriculation récolte des milliers de signatures
Cette décision de la CMM, présidé par la mairesse de Montréal, a suscité beaucoup de réactions et une citoyenne de la Rive-Sud a récemment lancé t une pétition en ligne pour s’opposer à cette situation.

La future taxe de 50 $ par année lors du renouvellement de l’immatriculation des automobilistes de la Rive-Sud et de la Rive-Nord dès 2021 a fait beaucoup réagir et une pétition en ligne s’y opposant a obtenu plus de 8 000 signatures en peu de temps.
Il y a quelques jours, le comité exécutif de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) a voté en faveur de ce projet et l’argent ainsi récolté permettrait de diversifier les sources de revenus des sociétés de transport collectif et de développer davantage les services offerts. On amasserait ainsi près de 100 millions de dollars supplémentaires annuellement, en prenant en considération la contribution des Montréalais qui payaient déjà une taxe similaire.
Seul le maire de Boucherville, Jean Martel, a voté contre ce projet, faisant valoir qu’il existe d’autres initiatives pour financer le transport collectif, dont, entre autres, le Fonds vert et la taxe carbone.
Cette décision de la CMM a suscité beaucoup de réactions et une citoyenne de Candiac, Tanya Robert, a récemment lancé une pétition en ligne pour s’opposer à cette situation (www.change.org/p/valérie-plante-mairesse-de-montréal-stop-aux-frais-d-immatriculation-imposé-par-montréal-à-la-couronne-montréalaise).
Dans son préambule, l’instigatrice de cette pétition écrit : « Nous nous opposons fermement à un tel genre de mesures qui ne nous concernent pas. Il est faux de considérer que tous les banlieusards profitent fréquemment des services disposés à Montréal. Il est faux de considérer aussi que tous les services offerts à Montréal ne peuvent être offerts en région. Ce que vous proposez, c’est une invitation à déserter l’économie montréalaise. »
« Considérant les coûts déjà préalablement élevés de l’immobilier en région de Montréal, ainsi que des frais très élevés de déplacements en transports en commun, ainsi que des frais très élevés qu’annonce le nouveau REM, je vous en conjure de renoncer aux mesures entreprises dans le sens de cette augmentation. »
Au moment d’écrire ces lignes (le 28 juin), la pétition en ligne a recueilli plus de 8 000 signataires.

Partager cet article