Les mots-croisés de La Relève

Ultimatum pour le stationnement incitatif

Photo de Daniel Bastin
Par Daniel Bastin
Ultimatum pour le stationnement incitatif
Ville de Sainte-Julie

La ville de Sainte-Julie a multiplié les démarches afin de débloquer le dossier du stationnement incitatif au cours des dernières années. La goutte qui a fait déborder le vase est survenue lorsque le ministère des Transports du Québec (MTQ) n’a pas inscrit le projet de stationnement incitatif de plus de 1 000 places dans son plan quinquennal, malgré que l’actuel ministre, Pierre Moreau, en avait pourtant fait l’annonce en 2007, alors qu’il était député de la circonscription.

Le ministère n’a pas non plus prévu de débloquer des fonds afin de modifier les infrastructures actuelles au stationnement incitatif temporaire du boulevard Armand-Frappier afin d’améliorer la situation pour les usagers qui doivent parfois faire des pieds et des mains pour utiliser les transports en commun à cet endroit.

Au début de l’année, plusieurs rencontres avec les représentants du MTQ ont été organisées. Toutefois, rien n’a bougé dans ce dossier et aucun engagement n’a été proposé non plus, malgré que la situation cause des problèmes de sécurité aux abords du boulevard qui n’a que deux voies pour permettre de circuler alors qu’il devrait en avoir quatre, ce qui crée de la circulation aux heures de pointe dans ce secteur.

Excédé par cette situation, la Ville de Sainte-Julie a envoyé à la mi-juin une lettre exigeant des réponses de la part du ministère des Transports dans un délai de 15 jours. Ce délai ayant été dépassé il y a peu, la mairesse Suzanne Roy s’est dit très déçue qu’il n’y ait eu « aucun écho » de la part du ministère.

Devant cette situation, la mairesse de Sainte-Julie et le conseil s’accordent un temps de réflexion jusqu’à la mi-juillet environ et ils entendent ensuite se pencher sur les autres options pour faire bouger le ministère des Transports.

 

Partager cet article