« Un vent nouveau de collaboration souffle sur l’agglomération » – le maire Jean Martel

« Un vent nouveau de collaboration souffle sur l’agglomération » – le maire Jean Martel

Le maire Jean Martel vient d'être désigné vice-président de l'agglomération.

Quelques jours avant la tenue de la première séance de la nouvelle mouture du conseil d’agglomération, la «table des maires» s’est réunie afin de préparer le terrain. La dynamique entre les élus a été cordiale. « Un vent nouveau de collaboration souffle sur l’agglomération », a indiqué le maire Jean Martel en entrevue à La Relève. De fait, l’arrivée sur la scène de la mairesse de Brossard et de son homologue de Saint-Lambert a changé la donne. Les premiers magistrats de ces deux villes liées ont confirmé qu’ils avaient demandé à leurs fonctionnaires de retirer les panneaux de la campagne «On paie trop pour l’agglo» sur leur territoire respectif.
Pour Jean Martel, il s’agit d’un pas dans la bonne direction. Sa lecture du mouvement lancé par le regroupement des trois villes opposées à l’agglomération tend à prouver que celui-ci ne correspondait pas nécessairement au voeu de la majorité de la population de ces municipalités. « La stratégie des maires de choisir l’affrontement vis-à-vis l’agglomération ne reflétait pas la volonté de leurs concitoyens si on se fie aux résultats électoraux : à Saint-Lambert, Alain Dépatie n’a reçu que 10% de l’appui des électeurs, soit quelque 800 votes tandis qu’à Brossard, Paul Leduc est arrivé troisième et à Saint-Bruno-de-Montarville, Martin Murray a obtenu 41,5% des voix, ce qui signifie que 58,5% des électeurs ont choisi un autre candidat et en plus, trois de ses candidats aux postes de conseillers municipaux n’ont pas été élus », analyse le maire de Boucherville.
Pour M. Martel, la première séance du conseil d’agglomération a montré un ton de coopération. « L’idée est de miser sur ce qui nous unit plutôt que sur ce qui nous divise; ça part du bon pied », ajoute-t-il.
Des premières nominations ont été confirmées : le maire de Saint-Lambert siégera à la commission des finances tandis que le premier magistrat de Boucherville occupe le poste de vice-président de l’agglomération. À ce titre, il proposera les ordres du jour. La mairesse de Longueuil, Sylvie Parent, devient la présidente. Jean Martel entend travailler à ses côtés.
L’un des dossiers propres à l’agglomération concerne l’Agence régionale de transport métropolitain, la nouvelle structure qui remplace l’AMT. L’agglomération de Longueuil recevra une facture supplémentaire de 8 M $ de l’ARTM, sans ajout de service. « Montréal a été avantagée car elle a une baisse de coût tandis que la Rive-Sud et la Rive-Nord font face à une hausse », explique le vice-président de l’agglomération. « Je joins ma voix à la position que Caroline St-Hilaire et Marc Demers ont adoptée quelque temps avant les élections pour décrier cette nouvelle tarification non justifiée. »
Autres enjeux prioritaires pour le maire Martel, le maintien du pacte fiscal et celui du règlement sur le partage des dépenses mixtes qui a été revisé à la baisse en 2014, en ce qui concerne le coût. Aucun changement envisagé à ce chapitre à l’heure actuelle.