Une réduction de la consommation énergétique de près de 80 % par rapport aux bâtiments conventionnels

Une réduction de la consommation énergétique de près de 80 % par rapport aux bâtiments conventionnels

Ville de Varennes

Les travaux de construction de la nouvelle bibliothèque de Varennes devraient commencer au début de 2013 afin qu’elle ouvre ses portes avant la fin de l’année prochaine, si tout se passe comme prévu. D’ici là, le projet ne cesse d’impressionner puisque la campagne de dons a dépassé l’objectif de un million de dollars et l’édifice devrait être une référence au pays pour les futurs bâtiments institutionnels à consommation énergétique nette zéro.

« Dès le début de notre mandat en 2009, la bibliothèque constituait notre projet phare, explique le maire de Varennes Martin Damphousse, et elle demeure aujourd’hui notre projet numéro un puisque nous y travaillons avec la même détermination. »

Les plans de l’édifice multifonctionnel sont maintenant terminés et le processus d’appel d’offres public pour la construction est amorcé. Le maire ajoute que les soumissions devraient être reçues et analysées avant la fin de l’année et le mandat de construction devrait être accordé lors de la séance publique de janvier prochain.

« L’édifice devrait permettre une réduction de la consommation d’énergie de l’ordre de 78,5 % par rapport à des bâtiments conventionnels, ce qui est énorme, mais pour y arriver, il faut beaucoup de travail et de temps. C’est un projet unique et complexe et, pour bien le faire, il faut parfois des délais additionnels », précise Martin Damphousse qui explique pourquoi la bibliothèque ne pourra ouvrir à l’automne prochain, comme prévu. La Ville veut que le tout soit construit d’ici la fin de 2013 et l’entrepreneur choisi devrait bientôt faire connaître son échéancier de construction.

Une vitrine technologique à l’échelle du pays

Le bâtiment sera conçu pour y apposer la certification LEED-NC (Leadership in Energy and Environnemental Design), niveau Or, ce qui ajoute des contraintes et exigences supplémentaires. C’est pour cette raison que la démarche de conception intégrée demande la contribution de près d’une vingtaine d’experts, dont ceux de CanmetÉNERGIE et du Réseau de recherche sur les bâtiments scolaires de l’Université Concordia, en plus des professionnels tels les architectes et les différents ingénieurs.

Le projet est évalué à 9,2 M$ et la campagne de dons, le Code Net Zéro, a permis de recueillir 1,2 M$, ce qui réduira d’autant la facture. Le maire estime pour sa part que le coût du projet ne devrait pas dépasser 4 M$ de dollars pour la Ville puisqu’il bénéficie d’une subvention de 2,1 M$ du ministère de la Culture et des Communications du Québec, un prêt de 4 M$ du Fonds vert municipal ainsi que des partenariats avec CanmetÉNERGIE, Hydro-Québec et l’Agence de l’efficacité énergétique dans le but de faire de cette bibliothèque une vitrine technologique à l’échelle nationale.

Le maire ajoute que les travaux de l’édifice de 2 000 m2 devraient s’échelonner normalement sur 10 mois. Sa conception unique permettra des économies d’énergie de l’ordre de 60 000 $ par année en comparaison avec un bâtiment non performant. La production annuelle d’énergie quant à elle (panneaux solaires, géothermie, etc.) devrait se chiffrer à 120 000 kWh par année et l’on estime que la réduction de gaz à effet de serre serait d’environ de 302 tonnes annuellement.

 

Mesures durables

• Implantation sur le site de l’ancienne bibliothèque depuis démolie (empreinte réduite à 953 m2)

• Emprise du stationnement réduite 23 cases seulement)

• Stationnement perméable (pavé alvéolé)

• Site au cœur du centre-ville favorisant les transports en commun et actifs

• Préservation d’arbres matures sur le site

• Aménagement paysager sans irrigation

• Bassins de rétention d’eau de ruissellement en surface

• Vue sur l’extérieur pour la plupart des espaces (rez-de-chaussée, 80 % ; étage, 100 %)

• Bornes de recharge pour voitures électriques

• Appareils de plomberie à faible débit (toilette : 4,8 l/chasse ; robinetterie : 1,9 l/min)

• Utilisation du bois pour le revêtement extérieur (335,6 m2), le revêtement de plancher (+/- 115 m2), le revêtement mural intérieur et le plafond (+/- 305 m2) ainsi que le mobilier intégré

• Récupération d’au moins 75 % des déchets

 

Faits saillants

• Réduction de la consommation d’énergie de 78,5 % par rapport à la référence du Code modèle national pour l’énergie des bâtiments (CMNÉB)

• Production énergétique de 120 000 kWh/an

• Réduction des émissions de gaz à effet de serre de 302 tonnes (équivalent)

• Réduction de la consommation d’eau

(Source : Voir vert octobre 2012)