Une famille bouchervilloise remet une collection de livres de médecine d’autrefois à l’Université de Montréal

Une famille bouchervilloise remet une collection de livres de médecine d’autrefois à l’Université de Montréal

Chez certaines familles, le patrimoine ayant appartenu aux aïeux se transmet de génération en génération par attachement, valeur sentimentale ou conviction. Dans cette foulée, de véritables petits trésors insoupçonnés se retrouvent oubliés au fond de boîtes anonymes dans des greniers, des sous-sols ou des garages. Que faire de ces objets inutilisés qui pourraient connaître meilleur sort?

Parlez-en aux Provost, une famille de Boucherville qui détient de très vieux livres de médecine dont certains datent de l’époque de la Nouvelle-France.

L’arrière grand-père, Louis Roy Provost, s’est établi à Boucherville durant la seconde moitié du XIXe siècle où il a pratiqué la médecine durant 39 ans, après un bref passage de quatre années à Sainte-Julie. Il a élevé sa famille dans la maison Wilbrener, située rue De Grandpré, intersection Notre-Dame, dans le Vieux-Boucherville.

Pendant sa formation et ses années de pratique, l’aïeul Provost a amassé une collection de près d’une centaine de bouquins spécialisés en médecine. La plupart d’entre eux traitent de chirurgie, selon les connaissances de l’époque et témoignent de l’évolution de la pratique médicale. Parmi les enfants de Louis Roy Provost, un des fils, Léon, est devenu médecin à son tour. Il a d’ailleurs hérité de la collection de livres anciens. Léon a également eu parmi sa progéniture un fils qui a choisi la médecine comme profession, Jean-Guy. Celui-ci a fait carrière comme anesthésiste. Il a évidemment hérité de la collection d’ouvrages de son grand-père.

En 2011, plusieurs années après le décès de son mari, la femme de Jean-Guy Provost a choisi de s’établir dans une résidence pour personnes âgées, ce qui l’a amenée à se défaire d’une partie de son patrimoine. Comme aucun des enfants du couple n’avait choisi la voie de la médecine, que faire de la fameuse collection familiale, se sont demandés ses proches? Après réflexion, il fut décidé de la remettre à l’Université de Montréal qui saurait quoi en faire.

Précieux don

Les bibliothécaires de l’Université ont accueilli ce don avec un grand enthousiasme. Parmi la centaine d’ouvrages reçus figure une quarantaine de volumes que l’institution ne possédait pas à ce jour. L’intérêt de la collection réside par ailleurs dans le fait qu’entre 15 et 20 chirurgiens ayant pratiqué au XVIIIe siècle dans la région de Montréal et de ses villes environnantes ont écrit des annotations dans plusieurs de ces livres. Les chercheurs font des recoupements entre les médecins et tentent de savoir quels étaient les liens entre eux de leur vivant. Le nom d’un des petits-fils du fondateur de Boucherville, sieur Joseph Denois, qui a vécu de 1702 à 1774, apparaît entre autres dans ces volumes.

Dès demain, le public est convié à visiter l’exposition consacrée à cette collection ancienne à la bibliothèque des lettres et des sciences sociales, au quatrième étage du pavillon Samuel-Bronfman, situé au 3000, rue Jean-Brillant, à Montréal. Cette exposition s’intitule : « Une bibliothèque de médecine à travers le temps. La collection du Dr Jean-Guy Provost ». Elle se poursuivra jusqu’au 28 août prochain. Les amateurs d’histoire y feront de très belles découvertes.

Fille du Dr Jean-Guy Provost, Anne Provost souhaite que ce don inspire d’autres familles  qui conservent des collections de livres rares à suivre cet exemple en remettant aux universités ce patrimoine afin qu’il puisse servir au plus grand nombre.