Un potentiel de développement économique des plus intéressants à Sainte-Julie

Un potentiel de développement économique des plus intéressants à Sainte-Julie

Le potentiel de développement économique est des plus intéressants à Sainte-Julie puisqu’on y retrouve un projet commercial d’un million de pieds carrés et près de 1 000 unités de logements résidentiels en planification.

Crédit photo : iStock

Le 26 avril dernier, on soulignait le 65e anniversaire de fondation de la Chambre de commerce Mont-Saint-Bruno. S’il s’agit d’un âge généralement associé à la retraite, le directeur général de l’organisme, Marcel Aubin, fait tout pour que ce soit plutôt le contraire. À preuve : la première rencontre d’échange de la mairesse de Sainte-Julie, Suzanne Roy, avec les gens d’affaires a fait salle comble et elle est en voie de devenir une tradition annuelle.
Le secteur résidentiel de Sainte-Julie est pour ainsi dire saturé et pourtant la vigueur économique de la ville se poursuit. Ce phénomène s’explique notamment par la proximité des pôles économiques que sont Montréal ainsi que Longueuil, et sa grande accessibilité routière.
Le secteur industriel est lui aussi saturé car il n’y a qu’un seul espace encore vacant et il est situé dans le parc Colombe, destiné aux industries légères, de distribution et de services aux entreprises.
C’est plutôt du côté commercial que les perspectives économiques sont intéressantes car la Ville planifie actuellement un important développement commercial d’un million de pieds carrés donnant directement sur l’autoroute 20, dans le secteur du nouveau terminus. Ce projet comprendra entre autres l’implantation d’espaces à bureaux.
Deux grands projets résidentiels en planification
Les perspectives sont également prometteuses pour le secteur résidentiel, malgré une certaine saturation, puisque deux projets sont en cours de planification, soit le Sanctuaire de la Vallée du Richelieu, un projet intégré d’habitations unifamiliales autour du golf, près de la sortie 105 de l’autoroute 20. La mairesse a indiqué qu’à terme, environ 400 à 500 unités résidentielles y sont prévues selon un concept distinctif et la construction pourrait débuter d’ici ce printemps.
L’autre projet également en planification, Les Villas du Golf, est situé dans le secteur où se prolongera notamment la rue du Grand-Coteau. On estime qu’à terme, entre 350 et 400 unités de logements y seront construites, dont des bâtiments multifamiliaux.
Le bassin de population de Sainte-Julie favorise également cette croissance économique puisqu’une population de près de 30 000 habitants amène son lot de consommateurs. Il est à noter que ceux-ci sont en moyenne très éduqués et ils ont un revenu d’emploi médian de 56 175 $, alors que la moyenne provinciale est de 41 963 $.
La mairesse a précisé qu’on dénombre près de 500 commerces à Sainte-Julie et environ 60 industries, dont des sièges sociaux d’entreprises manufacturières et de distribution, des entreprises de prestige ou à haut contenu de savoir (informatique, télécommunications, instrumentation, matériel électrique, machinerie industrielle, matériel de transport, soins de santé, etc.).
Elle a rappelé que les indices de vitalité économique sont en progression puisqu’en 2016 seulement, la Ville a accordé pas moins de 688 permis de construire, ceux-ci totalisant plus de 31 millions de dollars, que ce soit pour des nouveaux logements, ainsi que des constructions ou rénovations commerciales et industrielles.
Le problème du trafic
Mme Roy a ajouté que la circulation est une problématique qui affecte la croissance économique et la qualité de vie des citoyens. À ce sujet, elle a rappelé qu’elle et le directeur-général, Pierre Bernardin, ont rencontré récemment la ministre responsable de la région de la Montérégie, Lucie Charlebois, afin de lui faire part de solutions pour diminuer la circulation sur les autoroutes 20 et 30 aux heures de pointe. « La majorité de ces solutions sont réalisables à court terme », a-t-elle mentionné, sans pouvoir en dire plus puisqu’elle poursuit ses démarches avec le MTQ et la ministre Charlebois.
La mairesse compte d’ailleurs soulever à nouveau cette problématique de la circulation lors de sa prochaine allocution devant les membres de la Chambre de commerce et d’industrie de la Rive-Sud, le 12 mai prochain, lors d’un Midi de la Chambre ayant pour thème : actions pour la fluidité des transports.
Elle a ajouté que la Ville a un rôle important à jouer pour stimuler l’économie locale et ces efforts en ce sens vont en grandissant, que ce soit avec sa politique d’achat local, la mise en place d’événements de promotion des commerces ou en initiant la gratuité du réseau de transport collectif local.
Elle s’est dit fière de voir l’évolution de sa ville depuis ses débuts comme conseillère municipale en 1996, il y a plus de 20 ans, alors que des travailleurs et des aînés notamment devaient quitter Sainte-Julie. « Aujourd’hui, nous pouvons dire que Sainte-Julie est un milieu de vie de qualité où l’on peut y naître, on peut y grandir, on peut y travailler et où l’on peut y vieillir. »