Les souverainistes soulignent L’Autre 150e

Les souverainistes soulignent L’Autre 150e

C’est devant une quarantaine de personnes venues entendre le député de Rimouski, Harold LeBel et Stéphane Bergeron, député de Verchères et artisan de L'Autre 150e anniversaire de la fédération canadienne que ceux-ci ont insisté sur le caractère particulier des fêtes du 150e, où l'on souligne les 150 ans d'une constitution que le Québec n'a jamais signée.

Crédit photo : Courtoisie

C’est devant une quarantaine de personnes venues entendre le député de Rimouski, Harold LeBel et Stéphane Bergeron, député de Verchères et artisan de L’Autre 150e anniversaire de la fédération canadienne que ceux-ci ont insisté sur le caractère particulier des fêtes du 150e, où l’on souligne les 150 ans d’une constitution que le Québec n’a jamais signée.
Ils ont aussi présenté des capsules vidéo historiques du site web L’Autre 150e et invité les gens à partager ces capsules sur les médias sociaux pour faire connaître des « histoires » du Canada que le gouvernement fédéral préfère cacher.
Pour le député de Rimouski, le gouvernement fédéral, comme à son habitude, réinvente l’histoire et finance très généreusement des manifestations de fierté qui autrement ne se feraient pas. «Nous sommes témoins à Rimouski d’une opération de propagande fédéraliste payée à même nos impôts. Tirons-en profit, allons aux spectacles offerts gratuitement à même nos taxes et impôts et profitons du beau temps. Mais ayons à l’esprit que ce 150e traîne son lot d’injustice pour le Québec et pour les francophones du Canada. Rappelons-nous aussi que notre signature n’est pas au bas du contrat de mariage que l’on célèbre aujourd’hui», de dire Harold LeBel.
«Nous avons, avec un groupe d’historiens bénévoles, ressorti 150 faits et évènements qui méritent d’être rappelés. Que ce soit l’interdiction des écoles francophones dans l’ouest et dans les provinces atlantiques, le vol de la liste de membres du Parti Québécois, la loi des mesures de guerre et plein d’autres histoires véridiques qui doivent être soulevées. Nous devons nous faire entendre à travers l’opération actuelle du gouvernement Trudeau servant à soutenir une histoire bucolique, revue et corrigée par la propagande fédéraliste. D’ailleurs, à la vitesse où le gouvernement libéral finance sa fierté canadienne, il devrait se rappeler que sa dernière orgie de dépenses visant à promouvoir le fédéralisme a donné lieu au scandale des commandites », d’ajouter Stéphane Bergeron.
« Je tiens à remercier chaleureusement mon collègue Harold Lebel pour son initiative, qui a permis, en plus de célébrer notre histoire, de publiciser et faire rayonner L’Autre 150e, qui se donne justement pour mission de la mieux faire connaître. Or, le fait que de plus en plus de gens consultent les différentes plateformes de L’Autre 150e a eu pour effet que celles-ci recueillent davantage d’interactions (j’aime, retweet, partage) que celles des célébrations officielles du 150e de la fédération canadienne! Comme quoi, avec de la bonne volonté, de l’huile de bras et peu de moyens, on peut faire aussi bien, sinon mieux, qu’une opération grassement financée à même les fonds publics », conclut le député de Verchères.
Rappelons que soutenue par un groupe d’historiens, l’équipe de l’Opération 150e anniversaire de la fédération canadienne publie tout au long de l’année, 150 faits et événements touchant directement ou indirectement le Québec d’après 1867, et elle invite la population à prendre part à l’Opération. Les personnes souhaitant participer pourront plus particulièrement le faire en transmettant leurs suggestions, en exprimant leurs opinions et en mettant leurs talents à contribution par le biais des plateformes https://twitter.com/autre150e , www.autre150e.com et https://www.facebook.com/autre150e/.