Sainte-Julie dans le peloton de tête des municipalités comparables

Sainte-Julie dans le peloton de tête des municipalités comparables

Rapport sur la situation financière

La mairesse de Sainte-Julie a présenté le 1er novembre dernier le rapport sur la situation financière de la Ville dans lequel il est indiqué que Sainte-Julie se trouve dans le peloton de tête des municipalité comparables en terme de performances financières, selon les indicateurs inscrits au Profil financier 2010 du ministère des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire du Québec (MAMROT).

Selon ces indicateurs, l’endettement total net à long terme per capita en 2009 est de 1 515 $ par citoyen, alors que la moyenne des municipalités de 25 000 à 99 999 habitants est de 2 277 $. Quant à l’endettement total à long terme (par 100 $ de la RFU en 2009), il s’établit à 1,66 $, comparativement à 2,77 $ pour la moyenne des municipalités de 25 000 à 99 999 habitants.

Surplus

Dans son rapport, Mme Roy indique que l’année 2010 s’est terminée par un surplus de 1 351 331 $, qui est légèrement supérieur à celui de l’année dernière. De ce montant, le conseil a affecté 250 000 $ au fonds de roulement afin de payer comptant l’achat de diverses dépenses comme des véhicules, du matériel informatique et du mobilier. Au total, ce fonds (c’est-à-dire la tirelire de la Ville) s’élève à près de 3,5 millions de dollars.

Un montant de 788 250 $ a été affecté aux immobilisations, ce qui permet de mettre un paiement comptant plus substantiel quand un investissement est nécessaire, réduisant par le fait même les coûts de financement lors des règlements d’emprunts. De plus, une tranche de 250 000 $ à été réservée afin de diminuer le niveau d’endettement de Sainte-Julie, montant qui s’ajoute au remboursement régulier de la dette.

Les indications préliminaires des états financiers de 2011 indiquent quant à eux un surplus de l’ordre de 500 000 $ sur un budget de 39,7 millions de dollars. « En 2011, la Ville devrait investir un peu plus de neuf millions de dollars en dépenses en immobilisations. Ce montant est de beaucoup inférieur aux 24 030 900 $ prévus au Programme triennal d’immobilisations. Certains projets qui devaient se réaliser cette année sont reportés en 2012 », a averti la mairesse.

« Il s’agit notamment du développement d’une zone commerciale et de l’aménagement d’un stationnement incitatif (12 800 000 $), du prolongement d’infrastructures urbaines (3 620 500 $) et de la construction d’une station de surpression sur la rue Nobel (376 800 $) », a précisé Mme Roy.

Programme triennal

Le programme triennal d’immobilisations (PTI) indique quant à lui les dépenses envisagées en 2012, 2013 et 2014. Il sera officiellement déposé le 12 décembre prochain et la majeure partie des dépenses sera consacrée aux infrastructures routières et souterraines.

Ainsi, au cours des prochaines années, la Ville entreprendra des travaux à l’usine d’épuration pour l’assainissement des eaux usées; la réfection de routes; l’ajout et le remplacement de modules de jeux et de jeux d’eau dans les parcs; l’amélioration de la desserte du transport collectif local; la poursuite du projet de revitalisation du Vieux-Village; ainsi que le remplacement de matériel roulant, incluant l’achat de deux véhicules électriques.

De plus, la Municipalité a bien sûr prévu au PTI un projet majeur pour 2012, soit la construction d’une quatrième voie sur le futur viaduc et le réaménagement de l’intersection Fer-à-Cheval et  Armand-Frappier, avec le développement d’une zone commerciale du côté est de Fer?à-Cheval (la zone C-247), projet complémentaire à l’aménagement du nouveau stationnement incitatif dont le maître d’œuvre est l’Agence métropolitaine de transport (AMT), tient à préciser la mairesse.

Réalisations

Suzanne Roy a tenu à souligner les réalisations du conseil au cours de l’année qui s’achève, soit l’obtention auprès du ministère des Transports du Québec d’une nouvelle bretelle d’accès à l’autoroute 20; la réduction des délais à 14 semaines pour la construction du nouveau viaduc, plutôt que 24 semaines; ainsi que la protection de 12 hectares boisés dans le mont Saint-Bruno.

Parmi les réalisations de 2011, on compte également l’aménagement d’une piste cyclable sur le rang des Vingt-Cinq; l’obtention du titre de « Ville du bonheur » pour une troisième année; le prix « Transport collectif » de l’Association québécoise du transport et des routes (AQTR) pour le projet Taxi 12-17; la réfection de la caserne des pompiers, ainsi que l’agrandissement du stationnement du parc Edmour-J.-Harvey.

Dans les orientations générales du budget pour 2012, Suzanne Roy rappelle que le conseil entend maintenir une taxation des plus raisonnables, c’est-à-dire que l’augmentation du compte de taxes n’excèdera pas l’indice des prix à la consommation, de conclure la mairesse.