Quatre candidats sont présentement en lice dans la circonscription de Verchères

Quatre candidats sont présentement en lice dans la circonscription de Verchères
Stéphane Bergeron du Parti québécois
Suzanne Dansereau de la Coalition Avenir Québec.
Agnieszka Wnorowska du Parti libéral du Québec.
Jean-René Péloquin de Québec solidaire.

Au mois de septembre, les élections provinciales seront au cœur de bien des discussions, enflammées ou non. Dans la circonscription de Verchères, quatre candidats ont fait connaître leurs intentions au moment d’écrire ces lignes (le vendredi 31 août), soit Stéphane Bergeron du Parti québécois, Suzanne Dansereau de la Coalition Avenir Québec, Jean-René Péloquin de Québec solidaire et Agnieszka Wnorowska du Parti libéral du Québec.
Stéphane Bergeron du Parti québécois
Le député sortant Stéphane Bergeron a célébré cette année 25 ans de vie politique dans la région puisqu’il a été député de la circonscription fédérale de Verchères (devenue Verchères‒Les Patriotes) de 1993 à 2005 et il est député de Verchères depuis 2005.
Au fil des années, il a été notamment ministre de la Sécurité publique; ministre responsable de la région de l’Outaouais; membre du Comité ministériel de la région métropolitaine et membre du Conseil du trésor, de 2012 à 2014, alors que le Parti québécois était au pouvoir. Nul ne peut contester sa grande présence dans la circonscription au fil des années et il entend être partout encore une fois au cours de la campagne, comme il l’a mentionné lors de l’ouverture officielle de son local électoral.
« Comme à notre habitude, nous ne ménagerons aucun effort et travaillerons d’arrache-pied, sérieusement, jusqu’à la toute dernière minute, jusqu’à la fermeture du dernier bureau de scrutin de la circonscription, pour rejoindre nos concitoyennes et concitoyens dans leurs lieux de travail, à leur domicile ou à travers les différentes activités sociocommunautaires auxquelles ils prendront part, non seulement pour mériter à nouveau leur confiance, mais aussi pour contribuer à l’élection d’un gouvernement du Parti québécois qui donnera à la population un État fort au service des gens. »
Suzanne Dansereau de la CAQ
Sa principale adversaire, Suzanne Dansereau, de la Coalition Avenir Québec, a elle aussi beaucoup d’expérience en politique, car elle a cumulé 24 années à titre de conseillère municipale, puis comme mairesse de Contrecœur.
Celle qui a été également préfète de la MRC Marguerite-d’Youville connaît très bien les enjeux dans la région puisque le territoire de la circonscription de Verchères et celui de la MRC est identique. « Je désire terminer ce que j’ai commencé et qui représente un enjeu important pour la circonscription de Verchères et sa population: le développement économique », a-t-elle mentionné.
« Le Pôle logistique et l’expansion du Port de Montréal à Contrecœur, la zone industrialo portuaire Contrecœur/Varennes ainsi que des parcs industriels florissants et novateurs auront des retombées concrètes pour les familles, créant des emplois payants. J’ai piloté le dossier du Pôle logistique depuis le tout début. Je le connais très bien. Les retombées économiques que cela engendra dans le comté de Verchères seront importantes et positives. Par contre, ce projet n’avance pas assez vite. Je serai celle qui poursuivra son développement », mentionne la candidate qui a notamment entamé sa campagne en compagnie de son chef, François Legault, lors d’une activité familiale à Saint-Amable.
Jean-René Péloquin de Québec solidaire
Jean-René Péloquin a grandi dans la ville de Sorel-Tracy et il habite maintenant à Saint-Amable. Diplômé de l’Université de Montréal en enseignement des mathématiques au secondaire, il est professeur dans une école publique depuis maintenant douze ans à la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe, tout en menant de front une maîtrise en gestion de l’éducation. Il est marié et père de quatre filles.
Le candidat est convaincu que le Québec mérite mieux et il a décidé d’exprimer son indignation silencieuse en s’impliquant activement au sein de Québec solidaire. Les valeurs véhiculées par le parti politique, dont notamment la justice sociale, le féminisme et l’écologisme dans un souci de réelle démocratie, le rejoignent particulièrement, non seulement en tant que candidat, mais aussi en tant que citoyen, père et enseignant.
Étant témoin de la détresse de nos écoles publiques, il se dit enchanté par la proposition audacieuse de Québec solidaire de cesser de placer les parents devant des choix impossibles quant à l’éducation de leurs enfants en redorant le blason du réseau de nos écoles publiques.
Agnieszka Wnorowska du Parti libéral du Québec
« Depuis mon très jeune âge, j’ai toujours été intéressée par la politique bien que je sois d’origine polonaise, je suis avant tout Québécoise dans l’âme. Je suis titulaire d’un baccalauréat en commerce, avec une spécialisation en finance de l’école de commerce John Molson. Je possède également un certificat en langue française de l’Université Concordia », a déclaré la plus récente candidate à se présenter.
« Étant une résidente de la circonscription de Verchères, j’ai eu la chance de m’entretenir avec plusieurs citoyens qui m’ont fait part de leurs préoccupations. Devant le nombre grandissant de citoyens me demandant si j’avais l’intention de me présenter en politique active pour mieux les représenter, j’ai décidé de faire le saut et de porter les couleurs du Parti libéral du Québec. »
« Je possède une bonne expérience du milieu des affaires. J’ai travaillé dans le milieu artistique de nombreuses années, avant d’orienter ma carrière vers le milieu équestre. En 2008, je suis devenue directrice et gestionnaire du centre équestre de Verchères. »
« Je me lance donc en politique pour concrétiser les nombreux témoignages que les gens m’ont partagés et de régler les problèmes qui perdurent depuis longtemps dans notre belle région du Québec », a conclu Mme Wnorowska.