Projet de mur antibruit sur la route 132

Projet de mur antibruit sur la route 132

Boucherville s’engage à couvrir 50 % des coûts

Un accord de principe est intervenu récemment entre la Ville de Boucherville et le ministère des Transports du Québec au sujet du partage des coûts de l’installation éventuelle d’un écran antibruit qui serait érigé le long de la route 132, à la hauteur de la rue Jean-Talon. Selon cette entente, la municipalité assumera 50 % des dépenses liées à cette future construction.

Depuis plusieurs années, ce dossier traîne en longueur. Les citoyens du secteur concerné réclament ce type d’installation qui aura pour effet d’amoindrir le bruit provenant de la circulation sur cette route. Lors d’une rencontre qui s’est tenue au début du mois entre des fonctionnaires du ministère et des élus municipaux, une mise à jour des dossiers en suspens a été effectuée. De nouvelles personnes en poste à la Direction régionale du MTP ont demandé aux représentants municipaux de déposer une résolution confirmant la participation financière de la Ville, une formalité qui permet à ce dossier de suivre son cours normal. L’entérinement de la résolution ne signifie pas pour autant que le projet verra le jour l’année prochaine, a expliqué le maire Jean Martel. Rien n’est certain en ce sens.

« Il reste à voir la teneur du projet et les coûts qui y sont rattachés avant d’accorder le feu vert final », a soutenu le premier magistrat à la suite de l’entérinement de la résolution à ce sujet. « Nous mettons tout en place pour démontrer que nous voulons aller de l’avant avec l’installation d’un mur antibruit à cet endroit, mais comme nous n’en connaissons pas encore les coûts, nous ne donnons pas un chèque en blanc non plus au MTQ », a ajouté M. Martel.

« Il reste à voir la teneur du projet et les coûts qui y sont rattachés avant d’accorder le feu vert final » le maire Jean Martel

Par contre, le mur antibruit prévu le long de l’autoroute 20, à la hauteur de la rue De Normandie est en voie de se réaliser au printemps 2012. La conseillère municipale Jacqueline Boubane a indiqué la semaine dernière à La Relève que le dossier avait progressé et que le matériau qui sera utilisé avait déjà été choisi. Cette autre installation répondra à une requête des citoyens du district qu’elle représente à l’hôtel de ville.